.

Festival du cinéma africain de Khouribga : 15 films en lice

Rédigé le 04/12/2018
MAP


La 21ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga (FCAK) qui aura lieu du 15 au 22 décembre à la cité phosphatière, connaîtra la participation de 15 films dans la compétition officielle, indiquent les organisateurs dans un communiqué. 

Les films en lice pour décrocher le grand prix ''Ousmane Sembène'', représentent 13 pays africains, à savoir, outre le Maroc, le Cameroun, l'Algérie, le Bénin, Le Rwanda, le Kenya, l'Afrique du Sud, la Tunisie, la Zambie, le Congo-Brazzaville, la Côte-d'Ivoire, la Tanzanie et le Ghana. 

En plus du grand prix ''Ousmane Sembène'', on cite aussi le prix du jury baptisé lors de cette édition au nom du critique de cinéma égyptien ''Samir Farid (1943-2017), celui de la meilleure réalisation au nom du cinéaste producteur burkinabè Idrissa Ouadraogo (1954-2018), ou encore le prix de la meilleure interprétation masculine en hommage posthume au talentueux acteur disparu Mohamed Bastaoui (1954-2014), et ce, outre, les incontournables autres prix.

Le jury du festival sera présidé par le cinéaste Balufu Bakupa-Kanyinda (RDC) a qui l'on doit ''Juju Factory'', son premier long-métrage réalisé en 2007 et ''Congo : le silence des crimes oubliés'', un documentaire qu'il a produit et réalisé en 2015. Se définissant comme un cinéaste engagé pour qui ''le cinéma est un art politique'', il a fait de la sociologie, de l'histoire et de la philosophie à l'université de Bruxelles avant d'aller se former au cinéma dans un atelier photo à Paris, puis aux Beaux-Arts de Cambridge. 

Côté hommage, les organisateurs de cette édition réservent cela cette année à l'acteur marocain Mohamed Khouyi et la comédienne et réalisatrice, Maimouna N'daiaye (Burkina-Faso), le prototype de la panafricaine accomplie au vu du grand nombre de ses autres pays d'adoption. Car elle est née en France, a vécu en Guinée, avant de transiter par la Côte-d'Ivoire et s'installer au Burkina-Faso, son pays d'origine.

A noter que le réalisateur et chorégraphe Lahcen Zinoun, 73 ans, a été nommé directeur de ce festival, suite à une décision prise en juillet dernier lors d'une session extraordinaire du conseil d'administration de la Fondation du FCAK sous la présidence du fondateur en 1977 de ce festival, Noureddine Sail, mémoire vivante du cinéma marocain, qui présidait alors la Fédération nationale des ciné-clubs du Maroc.