Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Rédigé le 12/04/2019
MAP


Rabat - Voici le bulletin quotidien d'informations économiques africaines pour la journée du vendredi 12 avril : Sénégal- Commerce Les importations du Sénégal durant le mois de février 2019 ont connu une augmentation de 46,4 milliards de FCFA (environ 78,880 millions de dollars) par rapport au mois précédent, rapporte l'Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) dans une note. 

Ces importations sont évaluées à 350,9 milliards de FCFA contre 304,5 milliards de FCFA au mois de janvier 2019, soit une hausse de 15,2% en valeur relative. « Ce relèvement est imputable à celui des achats à l’extérieur d’autres véhicules terrestres (23,1 milliards de FCFA contre 9,8 milliards de FCFA au mois précédent), de riz (plus 59,8%), de métaux communs (plus 36,8%) et de produits pétroliers finis (plus 17,4%) », explique l’ANSD. 

+++++ Sénégal-Afrique-Sécurité Plus de 70 participants représentant les centres maritimes des 19 pays côtiers d’Afrique ont échangé à Dakar, sur des questions de sécurité maritimes lors des travaux du comité consultatif du réseau inter-régional pour le golfe de Guinée (projet GoGIN). 

Les participants à la rencontre ouverte mardi et qui a pris fin ce jeudi ont également discuté sur le renforcement de l’architecture de Yaoundé, au Cameroun. 

Le Sommet de Yaoundé organisé en 2013 s’était notamment soldé par l’adoption d’un code de conduite et d’un mémorandum d’entente relatif à la prévention et la répression des actes illicites perpétrés dans l’espace maritime du golfe de Guinée. 

Gabon-agriculture Le gouvernement gabonais a décliné, jeudi à Libreville, sa nouvelle stratégie agricole visant à réduire de 50 pc les importations alimentaires d'ici 2030. 

La nouvelle stratégie ambitionne de réduire de 50% les importations alimentaires qui coûtent 450 milliards de francs CFA par an à l’État gabonais, favoriser le développement socio-économique de certaines zones, accroître à court terme la part de l’agriculture dans la richesse nationale estimée pour l’heure à 5%, lutter contre le chômage des jeunes en prévoyant la création de 15 à 20 000 emplois d’ici à 2023 et garantir une meilleure sécurité alimentaire. 

Burkina-BM La Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) du Burkina Faso et la Banque mondiale (BM) ont supervisé à Ouagadougou les activités de la composante "Projet emplois des jeunes et développement des compétences". 

Le "Projet emplois des jeunes et développement des compétences" est financé par la BM à hauteur de 25 milliards de Francs CFA pour la période 2014-2018. 

Selon le président de la CMA, Jacques Sédégo, 3 471 jeunes ont été retenus pour la formation par apprentissage, tandis que 2 917 apprentis- bénéficiaires, dont 1350 filles, sont aptes pour le monde du travail. 

En plus de la formation des jeunes, le Projet a permis de renforcer les capacités d’environ 1 100 maîtres d’apprentissage et de sélectionner 325 apprentis pur obtenir le certificat de qualification professionnelle. 

+++++ Niger-hydrocarbures Deux nouvelles sociétés viennent de faire leur entrée dans le marché des hydrocarbures au Niger. 

La première, "Acteon Niger", est une société nouvellement créée au Niger et dotée d’un capital de 10 millions de F CFA. Elle est spécialisée dans les activités pétrolières et va travailler dans ce secteur en amont et en aval avec notamment des services d’explorations, de production, de forage, d’exploitation, de construction de raffinerie de pétrole, de dépôt des hydrocarbures et même d’exportation des produits pétroliers. 

Outre cette structure, une autre de plus petite taille a également vu le jour au Niger. Avec un capital de 2 millions de F CFA, "Equal energy" est également spécialisée dans les hydrocarbures. 

Le Niger envisage d’atteindre une capacité de production pétrolière de 110 000 barils par jour, d'ici 2021 contre 20 000 barils actuellement. 

Rwanda-Banques La banque commerciale rwandaise I&M Bank Rwanda a réalisé au terme de l'exercice 2018 un bénéfice net de 8,3 millions de dollars US, en hausse de 14,5 % par rapport à 2017, a annoncé jeudi la banque. 

L’établissement explique ce résultat par l’amélioration de son revenu d’intérêt qui s’est établi à 22 millions USD à fin 2018 contre 18 millions USD, une année plutôt. 

Les revenus tirés du portefeuille de placements de I&M Bank Rwanda (titres d’Etats et placements interbancaires) ont également progressé de 42 % à fin 2018. La banque fait savoir qu’elle a aussi réduit à 2,3 millions USD les frais versés pour les honoraires et commissions diverses. 

Ouganda-TIC L’Institut ougandais des technologies de l’information et de la communication (UICT) de Kampala vient de se doter de cinq laboratoires d’électronique et de TIC sophistiqués, rapporte jeudi la presse locale. 

« Ces cinq laboratoires, spécialisés dans les télécommunications, le multimédia, l'électronique et le génie électrique, contribueront à réduire le manque de compétence en TIC du pays », a déclaré Fred Otunnu, directeur des affaires institutionnelles de la Commission des communications d’Ouganda (UCC), cité par des médias. 

Les nouveaux laboratoires ont été remis par l’UCC qui ambitionne, à travers cet investissement, de promouvoir l'enseignement spécialisé dans le domaine des TIC dans le pays, réduire les dépenses publiques consacrées aux professionnels expatriés dans ce secteur et créer des emplois pour les locaux. 

Les envois de fonds ont atteint l'équivalent de plus de 3% du produit intérieur brut (PIB) du Kenya, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale. 

Le rapport Migration et développement de 2019 indique que les envois de fonds sont passés de 1,962 milliard de dollars (2017) à 2,720 milliards de dollars l'an dernier, soit une augmentation de plus de 750 millions de dollars. 

En Ouganda, les envois de fonds sont également passés de 1,166 milliard de dollars à 1,245 milliard de dollars, soit 4,5% du PIB du pays. En Tanzanie, les envois de fonds restent bien inférieurs à 430 millions de dollars, soit une augmentation de 25 millions de dollars par rapport à l'année précédente et représentent désormais 0,8% de son PIB. 

Dans l'ensemble de l'Afrique subsaharienne, les envois de fonds ont augmenté de près de 10%, pour atteindre 46 milliards de dollars en 2018. En termes de part des envois de fonds en pourcentage du PIB, les Comores ont la plus grande part, suivis de la Gambie, du Lesotho et du Sénégal. 

Dilip Ratha, auteur principal du nouveau rapport, a déclaré que les envois de fonds étaient maintenant «sur le point de devenir la plus grande source de financement externe dans les pays en développement». 

Cependant, il a ajouté que les coûts élevés des transferts d'argent "réduisent les avantages de la migration". 

Le coût moyen global de l’envoi de 200 dollars est resté élevé, aux alentours de 7% au premier trimestre de 2019, alors même que la réduction des coûts des envois de fonds à 3% d’ici 2030 est un objectif mondial inscrit dans les objectifs de développement durable de l’ONU. 

Ghana-Télécoms Le fournisseur d'accès à Internet AfricaOnline, filiale de Gondwana International Networks (GIN), a annoncé le lancement de son nouveau service d’internet haut débit par satellite au Ghana. 

Baptisée JOLA, la nouvelle offre s’appuie sur la connectivité fournie par le satellite HYLAS 4 d'Avanti, l’opérateur de satellite et fournisseur de services de communications par satellite en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. 

A travers le satellite qui offre une couverture réseau totale du Ghana, AfricaOnline veut apporter ses services partout dans le pays. 

Ghana-Marketing Le Ghana accueillera la première édition d’Africa Media Ad Sales Summit (Afrimass), qui se tiendra le 24 avril. L’événement dédié à la vente d’espaces publicitaires dans les médias en Afrique, a pour objectif d’anticiper les changements de cette activité. 

Pour Raymond Smith, promoteur de l’événement, il est important de créer une plateforme d’échange pour les agences de publicité, les annonceurs et autres professionnels de la vente d’espaces média. Selon lui, Afrimass permettra également d’améliorer les compétences des travailleurs du secteur. 

Nigeria-Télécoms Le gendarme du marché télécoms national est déjà prêt à porter le taux de pénétration du haut débit dans le pays, à 70% au cours des deux prochaines années, a affirmé Umar Garba Danbatta, le vice-président exécutif de la Commission des communications du Nigeria (NCC). 

'En 2015, le taux de pénétration du haut débit n'était que de 8,5%. Il est maintenant passé à 33%, soit 63 millions de Nigérians qui bénéficient des services. Je suis particulièrement ravi de constater que la tendance à la hausse a non seulement été maintenue, mais que la NCC est maintenant prête à la porter à un niveau supérieur", s’est réjoui le vice-président exécutif de l’organe de régulation du marché télécoms national. 

Nigeria-Aérien Le gouvernement fédéral nigérian a annoncé son projet de mettre sur pied une société de crédit-bail qui financera l’acquisition d’avions en faveur de compagnies aériennes locales. 

Pour ce projet, le Nigeria indique qu’il recherche des investisseurs privés, des institutions financières et bailleurs de fonds, qui deviendront des partenaires de la future entreprise et qui apporteront une partie importante des financements pour l’acquisition d’aéronefs. 

Les compagnies aériennes qui desservent le marché intérieur du pays font face à un certain nombre de défis. Les coûts élevés d’acquisition d’aéronefs freinent certaines d’entre-elles dans leur processus de développement et d’élargissement de leurs flottes. 

Mali-Maroc-banques La Banque Atlantique, filiale du Groupe marocain Banque centrale populaire (BCP), a procédé, mercredi à Bamako, au lancement d’"Atlantique Leasing", une solution de financement qui offre aux entreprises la possibilité de financer leurs biens d’équipement à travers le crédit-bail. 

En contrepartie d’un engagement à verser des loyers sur une durée déterminée, la Banque Atlantique acquiert pour le compte de l’entreprise des biens d’équipement nécessaires à son développement, indique jeudi un communiqué de la banque Au terme du contrat, à la fin de la période convenue, l’entreprise pourra procéder à la prorogation de la durée de la location ou choisir de racheter lesdits équipements ou encore si elle le souhaite, se désengager de l’équipement au profit de la banque. 

"Atlantique Leasing" offre une expérience unique aux entreprises en leur permettant de bénéficier d’un financement à 100% des biens d’équipement et du remboursement sur une durée pouvant aller jusqu’à 5 ans. La Banque Atlantique assure un accompagnement personnalisé, tant sur les aspects financiers, juridiques que techniques pendant l’élaboration du projet et s’engage sur une rapidité d’exécution dans le traitement pour l’acquisition ou le renouvellement des équipements, selon le communiqué.