.

Le dynamisme de la politique africaine du Maroc mis en évidence par l'ambassadeur du Royaume en France

Rédigé le 19/02/2018
MAP


Paris  - L’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, a mis en évidence le dynamisme de la politique africaine du Maroc, soulignant que la politique «très active» déployée par le Royaume à l’endroit de l’Afrique s’est traduite, au cours des dernières années, par de multiples déplacements de SM le Roi Mohammed VI dans le continent et par la signature d’un grand nombre de conventions avec les pays africains.

Cette dynamique a permis de développer une coopération multidimensionnelle sud-sud et une augmentation des investissements directs du Maroc en Afrique, au point que le Royaume est devenu le 2ème investisseur africain dans le continent et le premier en Afrique de l’ouest, a indiqué le diplomate dans un entretien publié par le portail d’information «ladépêche.fr».

Ces investissements ont concerné les secteurs de la finance, des infrastructures, de l’agriculture, de l’énergie, des mines ou les télécommunications, a-t-il précisé en faisant remarquer que les banques marocaines sont présentes dans une trentaine de pays du continent et participent à l’augmentation du taux de bancarisation et à la transformation de l’épargne locale en investissement.

Le développement de Casablanca Finance City ces dernières années en a fait la première place financière africaine, a affirmé également M. Benmoussa.

De même que la multiplication des liaisons aériennes à partir de Casablanca fait du Maroc une plate-forme attractive pour de nombreuses entreprises européennes qui s’intéressent à l’Afrique et à son potentiel de développement, a-t-il ajouté.

Répondant à une question sur les ambitions du Maroc pour l’Afrique, un an après son retour à l’Union africaine (UA) et suite à son élection récemment à son Conseil Paix et sécurité, l’ambassadeur a souligné que le Royaume ambitionne de contribuer à relever les défis du continent et de participer activement à la réalisation des objectifs de développement durable 2030 ou de l’agenda africain 2063.

M. Benmoussa a rappelé dans ce cadre que le Maroc est actif sur les opérations du maintien de la paix et sur les médiations de sortie de crise dans certains pays et que SM le Roi Mohammed VI a été désigné par ses pairs, rapporteur de l’agenda africain de la migration et a présenté un rapport avec un diagnostic et de nombreuses propositions sur le sujet.

Sur le plan économique, le Maroc partage l’expérience qu’il a acquise dans sa politique de développement et dans la conduite de ses réformes avec les autres pays, comme il participe à des projets de co-développement, a-t-il poursuivi.

S’agissant de la lutte contre les changements climatiques et en marge de la COP22 qui s’est tenue à Marrakech, de nombreuses initiatives, a souligné l’ambassadeur, ont été lancées comme celle de l’adaptation de l’agriculture africaine qui concerne une large partie de la population africaine ou les projets de l’énergie renouvelable qui répondent à des besoins d’électrification ou d’énergie propre.

Sur le plan culturel et cultuel, une coopération en matière de formation de jeunes est très active et concerne aussi la formation des imams afin de lutter contre la radicalisation ou l’instrumentalisation de l’islam à d’autres fins, a-t-il également indiqué.

M. Benmoussa a livré cet entretien en marge d’une visite, jeudi, à Toulouse (sud) au cours de laquelle le diplomate, accompagné du consul général du Royaume, Meryem Naji, a rencontré Carole Delga, la présidente de la région d’Occitanie, Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, ainsi que Pascal Mailhos, préfet de région.

L’ambassadeur a été également reçu à la Dépêche du Midi par le PDG du groupe Jean-Michel Baylet.