.

Le développement de l’Afrique ne pourra s’accomplir que si les femmes sont intégrées dans tous les aspects du développement (Mme El Guermai)

Rédigé le 09/05/2018
MAP


Marrakech - Le développement de l’Afrique ne pourra s’accomplir que si les femmes et les jeunes filles sont intégrées dans tous les aspects du développement, a souligné, mardi à Marrakech, la gouverneur-coordinatrice de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), Mme Nadira El Guermai.

Intervenant à la 2ème édition du forum "African women in agriculture" (les femmes africaines dans l’agriculture) "AWA 2018", organisée du 8 au 10 mai, Mme El Guermai a indiqué que l’égalité d’accès aux ressources, aux services de soins de proximité et à la scolarisation s’imposent comme réalité qui favorise l’inclusion et la promotion du rôle de la femme.

Dans ce sens, elle a relevé que les principes et les politiques appropriées sur l’équité et l’égalité des sexes doivent être intégrés dans toutes les étapes de développement, ajoutant que les gouvernements africains sont sollicités à œuvrer dans ce sens pour que les femmes vivent avec dignité et respect et occupent la place qui leur revienne dans la société.

Mme El Guermai qui a mis avant le rôle de l’INDH en tant qu’un projet sociétal visant à réduire la pauvreté, la vulnérabilité, la précarité et l’exclusion sociale au Maroc, a fait savoir que grâce à la mobilisation et l’implication de l’ensemble des acteurs concernés, l’INDH a permis de concrétiser plus de 44.000 projets, en faveur de 10,4 millions de bénéficiaires dont 50 % en milieu rural et plus de 4,5 millions de femmes.

Et d’ajouter qu’en termes d’autonomisation économique de la femme, l’INDH a permis la réalisation de 7.100 projets générateurs de revenu et d’emploi en faveur de 60.000 femmes dont 5.200 projets dédiés à l’agriculture.

Pour sa part, la Fondatrice de l’ONG "Believe in Africa", Angelle B. Kwemo, a indiqué que cette conférence a pour objectif de mettre en valeur le rôle indéniable de la femme dans la transformation de l’Afrique et dans le développement de l’agriculture dans le continent.

Dans cette optique, elle a relevé l’importance de la production agricole pour assurer la sécurité, la stabilité et la paix dans le continent, notant que 60 % de l’activité agricole en Afrique est assurée par des femmes.

Et de plaider en faveur d’un engagement collectif de toutes les femmes pour leur dignité, l’accès au crédit, leur autonomisation et leur intégration.

De son côté, à la présidente de l'Association des femmes chefs d'entreprises du Maroc (AFEM) section Marrakech-Safi, Mme Badia Bitar a appelé toutes les femmes chefs d’entreprises africaines à créer un échange, à s’entraider et coopérer ensemble pour l’avenir de l’Afrique.

A ce titre, Mme Bitar a jugé nécessaire pour les coopératives et les associations de s’entraider pour améliorer particulièrement les produits du terroir d’ici et d’ailleurs, ainsi que de créer des marques et des souches pouvant labéliser ces produits.

Organisé avec le soutien notamment de l’INDH, l’Agence marocaine de coopération international (AMCI), l’OCP Group et l’ONU Femmes, cet événement qui est parrainé par la Première Dame du Niger, se veut être un dialogue annuel de haut niveau entre les dirigeants d’Afrique et du monde entier pour renforcer le rôle des femmes dans le développement de l’agriculture en Afrique.

"African Women in Agriculture" est une initiative de "Believe in Africa" qui vise à créer un réseau d’influenceurs dédié à l’autonomisation des femmes dans l’agriculture et l’artisanat, en particulier dans les zones rurales en leur permettant de devenir autonomes, productives et compétitives.

"AWA" a pour principaux objectifs de promouvoir l’intégration économique de l’Afrique, plaider pour l’autonomisation des femmes et la sécurité alimentaire, de promouvoir l’accès à l’information, l’éducation et la technologie, faciliter l’accès aux services financiers, aux services de développement des affaires et au crédit et fournir un renforcement des capacités et l’accès aux marchés internationaux et intra-africaine.