.

Atelier à Rabat pour la mise en place d'un Réseau d’experts juridiques d’Afrique francophone en matière d’Accès aux ressources génétiques

Rédigé le 11/05/2018
MAP


Rabat - Un Atelier pour la mise en place d'un Réseau d'experts juridiques d’Afrique francophone en matière d’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages issus de leurs utilisations (APA) s'est tenu jeudi à Rabat, avec la participation de représentants de plusieurs pays africains.

Organisé par le secrétariat d'Etat chargé du développement durable avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l’initiative Bio-Bridge de la Convention de la Diversité Biologique, cet atelier s'assigne pour objectif la création d'un Réseau juridique Africain pour l'APA dans les pays francophones, afin de faciliter l’échange de connaissances et d’expériences d’experts juridiques hautement qualifiés des pays Africains francophones.

Cette manifestation de deux jours, qui s’inscrit dans le cadre de la coopération Sud-Sud, vise également le développement d'un programme de leadership juridique APA afin d’élargir le groupe de professionnels en la matière et soutenir les programmes nationaux et régionaux de renforcement des capacités dans les pays ciblés.

Intervenant à cette occasion, le directeur du Contrôle, de l'évaluation environnementale et des Affaires juridiques au secrétariat d'Etat Fouad Ziadi a souligné l'importance de la mise en place d'un arsenal juridique complet dans la protection efficace des ressources biologiques et génétiques, précisant que les prélèvements des ressources génétiques et leur exploitation dans les pays africains se font dans la grande majorité des cas, dans un sens unique Sud-Nord, sans pour autant bénéficier au pays du Sud.

Il a, de même, salué le Protocole de Nagoya qui représente une opportunité pour les pays africains pour assurer une protection effective de leurs ressources génétiques, des savoirs et des connaissances traditionnelles tout en réglementant l’accès et le partage de ces avantages d’une manière juste et équitable.

Pour sa part, le coordinateur national du programme "APA Nagoya" relevant du PNUD Mohamed Ali Benziyane a affirmé que la création de ce réseau est à même d'orienter les activités de renforcement des capacités sur l'APA dans les pays ciblés en facilitant l'échange de connaissances et d'expériences d'experts juridiques hautement qualifiés des pays africains francophones, grâce à la coopération Sud-Sud.

Il a aussi mis en valeur l'élaboration d'un arsenal juridique relatif à ce réseau qui permettra de faciliter l'échange de bonnes pratiques, et ce afin d'élargir le bassin d'expertise juridique disponible pour soutenir les programmes nationaux et régionaux de renforcement des capacités dans les pays ciblés.

Ont pris à cet atelier les représentants des différents pays africains, notamment de l'Algérie, de la République Démocratique du Congo, du Bénin, du Congo, du Cameroun, du Madagascar, des Iles Comores, de la Côte- d’Ivoire et du Niger.

A rappeler que le Royaume a adhéré à l’effort mondial pour la conservation de la biodiversité, notamment la Convention de la Diversité Biologique en 1992 et à son Protocole de Nagoya en 2010. Ce Protocole vise à confronter l’appropriation injuste des ressources génétiques et des connaissances traditionnelles associées, en introduisant des mécanismes d’accès et de partage juste et équitable des avantages monétaires et non monétaires générés par l’utilisation de ces ressources.