Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
.

Oujda: Les participants à un colloque international saluent la politique migratoire du Maroc en tant qu'exemple à suivre

Rédigé le 23/06/2018
MAP


Oujda - Les participants à un colloque international organisé, vendredi à Oujda, sous le thème "Migration Internationale, Africanité du Maroc et questions de mondialisation" ont salué la politique migratoire du Maroc en tant qu'exemple à suivre par d'autres pays.

Lors de ce colloque, initié par L'Université Mohammed Premier (UMP) avec le concours du ministère de la Culture et de la Communication, l'accent a été mis sur le rôle pionnier du Maroc et son engagement aux niveaux continental et international dans la gestion de la question de la migration.

Intervenant à cette occasion, Irene Passini, représentante de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Rabat, a indiqué qu’en matière de gestion de la migration, le Maroc constitue aujourd’hui un exemple pour plusieurs pays, et ce pas seulement en Afrique.

Elle a ainsi rappelé que le Maroc s’est doté d’une Stratégie nationale de l'immigration et de l'asile (SNIA) qui se décline en onze programmes d'actions portant sur plusieurs secteurs de la vie sociétale.

Cette stratégie est humaniste, globale et respectueuse des droits de l’homme et conforme aux engagements pris par le Royaume au niveau international, a-t-elle dit, faisant remarquer que l’OIM appuie et accompagne le gouvernement marocain dans la mise en œuvre de ladite Stratégie.

Au niveau international, a-t-elle poursuivi, le Maroc s’investit dans la question migratoire à travers notamment sa participation au Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, et également en tant que co-président du Forum mondial pour la migration et le développement, dont la prochaine édition se tiendra à Marrakech en décembre prochain.

Le Maroc est aussi très actif dans la gestion du phénomène migratoire sur le continent africain, a encore ajouté Mme Passini, rappelant dans ce sens que le Royaume a été chargé d’assurer la coordination des affaires de l’immigration au sein de l’Union africaine (UA).

Elle a par ailleurs fait savoir qu’à l’heure actuelle, il est estimé que sur sept milliards d’habitants de la planète, un milliard est en mouvement, soit une personne sur sept.

Ce flux migratoire important impose aux Etats la nécessité d’apporter une réponse coordonnée, concertée et humaine, a-t-elle enchaîné, relevant qu’il a été prouvé que les migrations demeurent bénéfiques aussi bien pour les pays d’origine que pour les pays d'accueil et peuvent jouer un rôle clé dans les transformations structurelles du continent africain notamment.

Revenant sur le thème retenu pour le colloque, elle a souligné que ce genre d’action est de nature à favoriser une meilleure compréhension de la migration et des migrants.

De son côté, le Sénégalais Mamadou Mignane Diouf, de l’Organisation panafricaine pour l’Education citoyenne au développement durable et à la Solidarité (PAEDD) a salué la politique migratoire du Maroc qui a pris la décision de régulariser les migrants africains, mettant en avant la diplomatie solidaire et panafricaine du Royaume.

’’Si tous les pays africains prônaient cette approche il y aurait sans doute des pistes qui pourrait renforcer le panafricanisme et les options de développement endogène du continent africain et faciliter aussi la circulation des personnes et des biens’’, a souligné ce sociologue de formation.

Dans son intervention, il a avancé que la migration est une donnée humaine et un comportement naturel, notant que le colloque d’Oujda offre l’opportunité pour échanger sur les questions migratoires avec différents acteurs et institutions, et pour savoir '’les opportunités qui s’offrent à nous aujourd’hui concernant ces questions qui occupent l’actualité nationale et internationale et voir les rôles que le Maroc peut jouer dans la résolution durable et globale de la ‘’crise migratoire’’.

Dans une allocution lue en son nom à l’ouverture du colloque, le président de l'UMP, Mohamed Benkaddour a affirmé que grâce aux orientations de SM le Roi Mohammed VI le Maroc est devenu un pays pionnier en matière de gestion des flux migratoires à l’échelon international en général, et dans le continent africain et l’espace euro-méditerranéen en particulier.

Dans le plein respect de ses engagements internationaux, a-t-il dit, le Maroc avait pris l'initiative d'adopter une politique nationale avant-gardiste dans la région, humaniste dans son approche et responsable dans ses étapes et qui respecte pleinement les droits des migrants et des réfugiés.

Le wali de la région de l’Oriental et gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad, Mouad El Jamai, a, quant à lui, relevé que dans le cadre de son attachement au principe de la solidarité maroco-africaine et à la coopération Sud-Sud, le Maroc a adopté en novembre 2013 une stratégie nationale de l’immigration et de l’asile.

Et de poursuivre qu’à la faveur de cette stratégie, les migrants, qui sont pour la plupart originaire d’Afrique subsaharienne, jouissent de tous les droits économiques, sociaux et culturels, ce qui a fait du Maroc un modèle à suivre dans ce domaine.

Le président du Conseil de la région de l’Oriental, Abdenbi Bioui, a mis l’accent, lui aussi, sur les efforts et l’expérience pionnière du Maroc dans le traitement du phénomène de la migration dans ses dimensions juridique et humaine, affirmant que le Conseil est engagé, aux côtés des autres partenaires institutionnels locaux, régionaux et internationaux, dans l’opération de mise en place de mécanismes permanents de concertation et de coordination en vue d’élaborer des programmes et des projets conjoints dans le domaine de la migration.

Les participants à cette rencontre ont débattu de différents axes inhérents à la migration sur la base d'études scientifiques, investigations, enquêtes de terrain récentes et rapports nationaux et internationaux pour mieux cerner l'état des lieux et les perspectives de ce phénomène.