.

Présentation à Madrid du projet Phare de Nador de la Fondation Femmes pour l’Afrique

Rédigé le 04/07/2018
MAP


Madrid - Le projet Phare de Nador de la Fondation Femmes pour l’Afrique, un espace consacré à la formation et la création d’opportunités pour les femmes qui ouvrira ses portes en 2019 dans cette ville du Maroc, a été présenté mardi à Madrid, lors d’une cérémonie marquée par la présence de personnalités marocaines et espagnoles du monde politique, économique et académique.

Phare de Nador est un projet de la Fondation Femme pour l'Afrique, présidée par l'ancienne vice-présidente du gouvernement d'Espagne, María Teresa Fernández de la Vega, et dont l'objectif est de contribuer au développement du continent africain à travers ses femmes.

Bien que la Fondation mène déjà des programmes dans une douzaine de pays africains et travaille avec des femmes à travers le continent, Phare de Nador sera son premier siège dans le continent africain.

Selon les promoteurs du projet, la Fondation a choisi, pour cela, un pays voisin et frère, comme le Maroc, grande porte de l'Europe vers l'Afrique et pays ayant des rapports historiques et culturels avec l'Espagne.

Le centre occupera le bâtiment de l'ancien Institut d'enseignement espagnol Lope de Vega à Nador où des travaux de réhabilitation et d'adaptation sont en cours pour sa nouvelle fonction.

Phare de Nador est un projet qui se veut une plateforme de connaissance, de formation, de culture et de création d'opportunités répondant aux besoins des femmes et des sociétés africaines.

L'activité de Phare de Nador s’articulera autour de deux principaux axes : d'une part, la dimension locale et régionale qui visera la formation générale et la formation à l'emploi pour les femmes de Nador et de la Région de l’Oriental, ainsi que le soutien à leurs initiatives dans le domaine de l'entrepreneuriat.

L'objectif est que les femmes puissent profiter des opportunités créées par les nouveaux projets de développement promus par le Maroc dans cette région sur un pied d'égalité avec les hommes.

Il s’agit notamment d’inciter à l'utilisation et l'apprentissage des nouvelles technologies de l'information et de la communication, ainsi que de la création d'entreprises de base technologique. De même, la diffusion de la culture et des arts, notamment africains, sera favorisée par un programme culturel.

La seconde dimension à portée internationale sera développée sous le nom de Nador Women's Hub, qui sera un centre mondial de pensée et d'action pour progresser vers l'égalité.

Dans ce domaine, Phare de Nador vise à générer et transmettre des connaissances à travers la recherche, la réflexion et la rencontre.

Grâce à l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de la communication dans un espace entièrement numérisé, Nador Women's Hub veut être un lieu de rencontre pour les femmes et les réseaux de femmes africaines engagées dans l'égalité dans différents secteurs de la société et de la vie.

Pour entamer son activité au Maroc, la Fondation Femmes pour l'Afrique a créé l'Association Femmes pour l'Afrique, une entité qui mènera ses activités respectant les normes juridiques marocaines.

Intervenant lors de cette cérémonie, la reine Letizia d’Espagne, présidente d'honneur de la Fondation, a salué cette initiative, exprimant ses remerciements à l’ensemble des institutions qui, "avec détermination et implication active", œuvrent en faveur de la femme africaine.

La présidente de Fondation Femme pour l'Afrique, María Teresa Fernández de la Vega, a indiqué que ce projet, auquel la fondation a accordé une attention particulière durant les trois dernières années, ambitionne de favoriser le transfert des connaissances, un objectif qui se trouve au centre de son action.

"Notre siège en Afrique, Phare de Nador, sera un lieu de dialogue ouvert sur le monde. Nous voulons qu’il reflète la vision des femmes sages et qu’il soit dédié au renforcement du développement local, régional et continental, à travers la recherche, la science, l’éducation et la formation", a dit Mme de la Vega, également présidente du Conseil de l’Etat espagnol.

Elle a précisé que l’éducation et la formation seront cosmopolites de manière à élargir les idéaux de dignité et d’égalité et renforcer les capacités des femmes à apprendre d’elles-mêmes, ajoutant que "là où les femmes assument le leadership et intervient, tout s’améliore".

La ministre espagnole de l’Education et la formation professionnelle, porte-parole du gouvernement, María Isabel Celaá, a souligné pour sa part que les actions de la Fondation Femmes pour l’Afrique dans les domaines de la connaissance et de la formation et l’éducation commencent à donner des résultats.

L’éducation est le moyen principal pour renforcer les capacités des femmes et le phare de Nador sera un promoteur des bonnes pratiques dans ce sens, a-t-elle ajouté.

Il s’agit, a-t-elle poursuivi, d’un centre qui aura pour vocation de devenir un lieu de rencontre des femmes africaines et du monde et un espace ouvert dédié à la réflexion et au dialogue sur les grands sujets de notre temps à affronter d’une perspective féminine.

Six ans après sa création, la Fondation Femmes pour l’Afrique a non seulement consolidé sa position comme organisation des et pour les femmes, mais a réussi aussi à développer des stratégies de grande envergure comme celle devant aboutir à l’ouverture de son premier siège en Afrique, Phare de Nador, a fait observer la ministre espagnole.

La cérémonie de présentation de ce projet a été présidée par la reine Letizia d’Espagne, présidente d'honneur de la Fondation, en présence notamment de l’ancien chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, la présidente du Congrès des députés espagnol, Ana Pastor, la ministre espagnole de l’Education et la formation professionnelle, porte-parole du gouvernement, María Isabel Celaá, le ministre des sciences, de l’innovation et des universités, Pedro Francisco Duque et la ministre de la Santé et bien-être social, Carmen Montón Giménez.

Elle s'est également déroulée en présence de l’ambassadeur du Maroc en Espagne, Karima Benyaich et de l’ambassadeur d’Espagne à Rabat, Ricardo Diez-Hochleitner.