.

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Rédigé le 13/07/2018
MAP


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du vendredi 13 juillet : 

Sénégal-Economie-Statistiques

Le Sénégal, dans le cadre du Projet de rénovation des comptes nationaux (PRCN), s'est doté d’une nouvelle année de base 2014 qui remplace celle de 1999, annonce l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

Cette nouvelle année de base est établie en conformité avec le dernier manuel sur les comptes nationaux adopté par les Nations unies (SCN 2008), assure l’ANSD dans un communiqué.

L’agence signale que le Projet de changement d’année de base des comptes nationaux du Sénégal a été institué en 2015 par le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan.

Afrique-BID-Agriculture

La Banque islamique de développement (BID) a débloqué une enveloppe de près de 170 milliards de francs CFA pour soutenir la filière riz dans dix pays africains parmi lesquels la Gambie, la Guinée, le Niger, la Sierra Leone et le Sénégal, a annoncé jeudi le directeur de son hub régional de Dakar, Sidy Mohamed Ould Taleb. 

Les pays cités vont bénéficier de la première phase de cet appui, a-t-il précisé lors d’un atelier de consultation-pays pour la formulation d’un projet sur le financement de la chaîne de valeur du riz.

Gabon-budget

Les ressources du budget de l'Etat gabonais se sont élevées à 1.193,5 milliards de francs CFA, au troisième trimestre 2017 contre 1 081 milliards de francs CFA à la même période en 2016, soit un taux de réalisation de 70%, indique le rapporte d’exécution budgétaire du ministère du budget.

Cette performance traduit une hausse des recettes du budget de l’Etat de près de 112,5 milliards de francs CFA, soit un taux de 10,4%. 

Ainsi, le montant des recettes fiscales encaissées à la fin du troisième trimestre 2017 s’est élevé à 663,3 milliards de francs CFA (y compris les recettes fiscales affectées aux comptes spéciaux), soit 65% des prévisions arrêtées dans la Loi de finances rectificative (LFR) à 1 026,1 milliards de francs CFA.

Bénin-BM-coopération

La Banque mondiale (BM) vient d'accorder au Bénin un don de 40 millions de dollars, soit environ 22,5 milliards f cfa pour améliorer l'accès des populations vulnérables aux services sociaux essentiels, dans le cadre du projet d’Appui aux Communes et Communauté pour l’Expansion des Services Sociaux (Access). "Bien que le Bénin ait accompli des progrès ces dernières années en vue d’améliorer l’accès aux infrastructures de base et aux filets de protection sociale, les disparités de couverture restent considérables, au détriment notamment des zones les plus pauvres et reculées", explique la BM dans un communiqué relayé jeudi par des médias locaux.

Le projet Access contribuera à l’amélioration des services décentralisés en apportant aux communes des subventions qui leur permettront d’investir dans l’éducation, la santé, le réseau routier et les infrastructures de marché.

Ghana-Finances

Le Ghana est l'un des meilleurs pays en Afrique subsaharienne en termes d'écart entre les sexes en matière d'inclusion financière, selon un rapport de la Banque mondiale.

Avec un taux de 8%, légèrement inférieur à la moyenne des économies en développement, le Ghana est l'un des meilleurs de la région subsaharienne en matière d'écart entre les sexes dans la possession d'un compte, relève la Banque mondiale dans son rapport de l’indice "Global Findex", une base de données sur les progrès de l’inclusion financière dans le monde.

Ghana-Dette

Le stock total de la dette du Ghana a atteint 154 milliards cedis (près de 33 milliards de dollars) en mai dernier, selon des données provisoires de la Banque du Ghana.

En février dernier, la Banque du Ghana a porté la dette publique à 145 milliards cedis (plus que 32 milliards de dollars) sur la base de données économiques et financières.

Ghana-Inflation

Le taux d’inflation a légèrement augmenté en juin pour atteindre 10%, selon le service des statistiques, notant que ce chiffre est supérieur de 0,2 % au taux de 9,8% enregistré au mois précédent.

Cette forte hausse est attribuée à l’augmentation du coût des aliments et des boissons, explique le service.

Parmi les autres facteurs, les hausses dans les transports et les carburants qui ont un impact général sur l’économie et sur les biens et services.