.

Le Maroc place l’Afrique au cœur des priorités de sa politique étrangère (Rapport IRES)

Rédigé le 27/09/2018
MAP


Rabat - Le Maroc, qui accorde une importance particulière à la coopération sud-sud, place l'Afrique au cœur des priorités de sa politique étrangère, souligne le rapport stratégique 2018 de l'Institut Royal des Etudes Stratégique (IRES). 

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a toujours plaidé pour un développement autonome de l’Afrique "à visage humain", axé sur la mobilisation collective des pays africains pour réussir le pari de l’unité et pour asseoir le leadership de l’Afrique sur le plan international, note le rapport intitulé "Pour un développement autonome de l’Afrique".

Ainsi, la politique africaine du Maroc est fondée sur le renforcement de partenariats mutuellement profitables avec les pays africains ainsi que sur l’implication assidue du Maroc en faveur des causes du continent. 

Ce rapport est dédié au développement autonome de l'Afrique, tel que l'a toujours plaidé Sa Majesté. L'autonomie ne signifie pas être indépendant. Elle incarne la capacité pour l'Afrique à décider pour elle-même et à faire entendre sa voix dans le concert des nations.

"Il est temps que les richesses de l'Afrique profitent à l’Afrique. Nous devons œuvrer afin que notre terre, après avoir subi des décennies de pillage, entre dans une ère de prospérité", note le Souverain dans son Discours prononcé devant le 28 ème Sommet de l'Union africaine, le 31 janvier 2017, ajoutant " Mon pays opte pour le partage et le transfert de son savoir-faire, il propose de bâtir concrètement un avenir solidaire". 

La première partie du rapport vise à comprendre le continent africain, en mettant en exergue ses principales caractéristiques, dans une approche qui se veut africaine et qui se différencie, par conséquent, du regard occidental habituel.

La seconde partie du rapport, de nature prospective, est consacrée aux enjeux auxquels l'Afrique sera confrontée d'ici 2050. Elle met en évidence, à côté du changement climatique, trois grands nœuds du futur : la poussée urbaine, la transformation rurale ainsi que le défi de la sécurité et de la gouvernance.

La troisième partie du rapport, en partant de ce panorama global, s’attelle à l'identification des leviers du développement autonome de l'Afrique, à savoir, la transition énergétique, la transition digitale, la transition économique et la gouvernance économique ainsi que les ressorts de l'autonomie que sont le capital humain, le développement de l'Ubuntu et la réconciliation de l'Africain avec lui-même et avec la nature.

Elle fait ressortir, par ailleurs, la contribution actuelle du Maroc ainsi que le rôle que le Royaume pourrait jouer, à l'avenir, en faveur du développement autonome de cet immense continent.

Le rapport est riche en illustrations : L'Afrique en chiffres, les focus et l'Afrique en marche. Son élaboration part du constat que l'Afrique est en marche et qu'elle a besoin, pour devenir autonome, d'une nouvelle vision du monde qui soit panafricaine, en faveur d'un projet africain planétaire et civilisationnel.

Outre un changement de regard sur soi et un renforcement de son potentiel humain, l'Afrique, pour devenir autonome, doit sauter les étapes, en termes de développement pour emprunter un autre chemin vers la croissance.

Penser l'Afrique est un véritable défi, du fait de son immensité, mais, surtout de l'extraordinaire diversité de ses peuples, de son histoire, de ses cultures, de ses reliefs et de ses richesses.

La contribution de l'Afrique à la création de la richesse économique mondiale est élevée tant par les matières premières qu'elle fournit au reste du monde que par les ressources humaines qu'elle déploie au sein du continent et au-delà.