.

L'ACF, une plate-forme pour renforcer la capacité et l'efficience des autorités africaines de la concurrence (Président)

Rédigé le 13/10/2018
MAP


Le Forum Africain de la Concurrence (ACF) constitue une plate-forme idoine pour renforcer les capacités et l'efficience des autorités africaines de la concurrence, a affirmé, jeudi à Marrakech, le président en exercice de l'ACF, Hardin Ratshisusu.

Intervenant à l'ouverture de la 3è édition de la Conférence biannuelle de l'ACF, M. Ratshisusu, également commissaire adjoint de la "Competition Commission" d'Afrique du Sud, a mis en évidence le rôle fondamental de la politique de concurrence pour assurer une croissance inclusive, un développement économique durable et intégré et la réduction des inégalités et de la pauvreté à travers le continent africain.

Après avoir rappelé la création du Forum à Nairobi (Kenya) en 2011 avec 19 membres qui, soucieux de bâtir une institution fondée sur les principes de la coopération mutuelle et le partage des connaissances, des expériences et des expertises, ont mis sur pied un programme ambitieux, M. Ratshisusu a relevé que l'ACF compte actuellement 36 membres après seulement sept ans de sa création, dont cinq autorités régionales de la concurrence.

Il a, dans ce sillage, émis le voeu de voir la famille de l'ACF s'élargir pour rassembler tous les conseils et autorités de la concurrence en Afrique.

Ce Forum, a-t-il expliqué, se veut aussi un espace idéal permettant aux autorités africaines de la concurrence d'explorer les actions susceptibles de relever les défis inhérents à la concurrence et d'examiner les moyens de contribuer au développement socio-économique des pays du continent et de garantir le bien-être de leurs populations.

Dans ce cadre, M. Ratshisusu a mis en relief l'engagement des membres du Forum en faveur du renforcement de la coopération intra-africaine, ajoutant que l'ACF veille à contribuer à la concrétisation de la vision de la zone de libre-échange continentale.

D'autre part, le responsable a passé en revue les partenariats, les réalisations, les actions et les différents ateliers et rencontres organisés par le Forum au cours des deux dernières années, soulignant que des progrès considérables ont été enregistrés dans les trois volets de l’action de l'ACF, à savoir la facilitation de l'intégration, le renforcement des capacités et le plaidoyer de la concurrence (Advocacy).

Il a, par ailleurs, appelé à une coopération plus renforcée entre les pays du Continent pour la lutte contre les pratiques anticoncurrentielles et les cartels transfrontaliers, affirmant que l'ACF tire sa force de l'engagement manifesté par tous ses membres et de leur détermination inébranlable de venir à bout de ces pratiques pour rendre les économies des pays du Continent plus compétitives au bénéfice de leurs populations.

La 3ème édition de la Conférence biannuelle de l'ACF connaît la participation de plus d'une trentaine de personnes issues de plus de 10 pays, de membres d’organisations africaines, de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (UNECA), ainsi que de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), outre des experts marocains dans le domaine de la loi sur la concurrence pour discuter des questions ayant trait notamment à l'efficience des autorités de la concurrence.

Organisée par le Conseil de la Concurrence, cette rencontre de deux jours permettra aux participants de débattre de plusieurs thèmes notamment les "Nouvelles approches de l’application du droit de la concurrence: expériences des pays de l’Asie et de l’Amérique latine", les "Procédures des études de marché" et le "Plaidoyer de la concurrence (Advocacy) et efficience des autorités de la concurrence (un focus spécial sur les jeunes autorités francophones)".