.

Rabat: Présentation de l'oeuvre "Un Masai" du sculpteur sénégalais Ousmane Sow, un hommage à l'art africain

Rédigé le 30/10/2018
MAP


Le musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain de Rabat a abrité, lundi soir à Rabat, une rencontre consacrée à la présentation de l'oeuvre principale du sculpteur sénégalais Ousmane Sow, "Un Masai d'Ousmane Sow à Rabat, une africanité universelle".

Les participants à cette manifestation, organisée par la Fondation nationale des musées en partenariat avec l'Académie du Royaume du Maroc, ont mis relief le rôle joué par l'artiste sénégalais Ousmane Sow dans la promotion de l'image du continent africain au niveau mondial, à travers ses sculptures qui ont été présentées dans les expositions internationales les plus en vue. 

A cet effet, le secrétaire perpétuel de l'Académie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri, a souligné dans une déclaration à la MAP, que Ousmane Sow a été reçu pour la première fois au Maroc durant la première édition du Festival Mawazine en 2002, en exposant son oeuvre à "Bab El Kebir", notant que ses sculptures renferment un message fort qui se traduit par la possibilité de "découvrir et explorer le continent africain à travers ce qui est fabriqué à partir de son sol". Pour sa part, le président de la Fondation Nationale des Musées, Mehdi Qotbi, a estimé que la statue du Guerrier Masai d'Ousmane Sow, qui a été ajouté aux collections du Musée Mohammed VI de l'art moderne et contemporain (août 2018), constitue une valeur ajoutée et permet de promouvoir la diplomatie culturelle du Royaume, rappelant que le Maroc est le premier à avoir reçu la présentation de l'oeuvre principale du sculpteur "même avant Paris qui devrait accueillir les sculptures d'Oussman en mars prochain".

De son côté, Lilian Thuram, ancien footballeur, champion du monde 1998 avec l'équipe de France et Président de la Fondation "Lilian Thuram-Education contre le racisme et pour l'égalité", a relevé que le "Guerrrier Masai" incarne la force de la créativité artistique africaine, saluant par la même l'initiative marocaine d'accueillir cette oeuvre à la "symbolique africaine forte". Un film sur Ousmane Sow réalisé par Béatrice Soule a également été projeté à cette occasion. Il s'agit d'un travail cinématographique qui rend compte "d'une histoire d'amour, entre un homme et sa sculpture, entre un homme et une femme, entre un homme et une humanité". Béatrice Soule y met en lumière les quatre séries de sculptures d'Ousmane Sow : les Masaï, les Nouba, les Zoulou et les Peulh.

Né à Dakar en 1935, Ousmane Sow sculpte depuis l'enfance puis tout en exerçant son métier de kinésithérapeute. C'est seulement à l'âge de cinquante ans qu'il se consacre entièrement à la sculpture. Aujourd’hui figure incontournable de l'art contemporain, Ousmane Sow est connu pour ses sculptures plus grandes que nature représentant quatre ethnies africaines.

Il a rendu l'âme le 1er décembre 2016, quelques mois avant la grande exposition "l'Afrique en Capitale" organisée au Musée Mohammed VI et à laquelle il devait participer, désireux de contribuer à cette importante initiative de diplomatie culturelle entreprise par le Royaume.