.

Villageois.2.0 : en Guinée, un jeune blogueur promeut le "contrôle citoyen" (ENTRETIEN)

Rédigé le 08/11/2018
AFP


Jeune blogueur guinéen, Sally Bilaly Sow enquête avec ténacité sur les maux du quotidien de ce pays pauvre et troublé. A travers ses projets numériques, il lutte contre les ravages des "fake news" et éduque au "contrôle citoyen", offrant un espace d'expression rare à la jeunesse.

En plein milieu du hall d'un bâtiment parisien, sa silhouette longiligne se fige: un "petit" (un jeune, NDLR), un de ses collègues, vient de lui envoyer une vidéo préoccupante, explique-t-il à l'AFP. Imperturbable malgré l'agitation autour de lui du Sommet mondial des défenseurs des droits humains la semaine dernière à Paris, le visage fin et le regard doux de Sally, 26 ans, sont rivés sur son smartphone et ses messages WhatsApp.

Ce jour-là, un jeune manifestant est tué dans la capitale guinéenne Conakry lors de heurts avec les forces de l'ordre, après une marche avortée de l'opposition, qui poursuit ses manifestations depuis des élections controversées en février. Elles s'accompagnent souvent de violences policières, selon l'opposition, qui a recensé près de 100 tués dans ses rassemblements depuis l'arrivée au pouvoir d'Alpha Condé en 2010.

Sally étudie la vidéo, montrant des forces de sécurité réprimant des manifestants. Puis la relaie sur son compte Twitter, s'adressant au ministre de l'Information, qui répondra et condamnera finalement une "violence inacceptable".

Samedi, le cyberactiviste a ainsi interpellé un média local qui rapportait une attaque présumée contre un ex-Premier ministre. "Où exactement dans Bambeto ? Les circonstances ? (...) Le journalisme superficiel est un danger pour démocratie", a-t-il tweeté.

Comme fin octobre, quand le véhicule du chef de l'opposition est visé par un tir. "Des gens tweetaient que c'étaient des projectiles ou postaient des photo-montages". Après enquête, il confirme que c'est bien un tir. "Après, c'est à la justice de faire son travail", lance avec calme Sally, originaire de Labé (centre).

Comme "beaucoup de Guinéens qui ressentent aujourd'hui du désespoir", il regrette que le président Condé, ex-opposant historique, n'ait "pas répondu aux attentes", dénonçant notamment l'"impunité totale des forces de l'ordre".

Un travail et un discours déterminé qui ne sont pas sans risques en Guinée, que "nombre de journalistes ont dû fuir après des articles controversés" et où "le gouvernement tente périodiquement de censurer les médias critiques", dénonce Reporters sans Frontières.

 

 

Le déclic de son activité de blogueur intervient à son arrivée à Conakry après la mort de ses parents en 2003, alors qu'il a 11 ans.

"Il y a des choses qu'on n'arrivait pas à dire dans les médias traditionnels, ou pas suffisamment creusées; je me suis dit qu'on pourrait l'exprimer sur internet". "J'avais la fougue!", lance-t-il en souriant. "Je voulais dénoncer l'insalubrité de la ville, la corruption, l'incivisme".

Il filme régulièrement son quotidien ou les manifestations avec son appareil photo ou son smartphone - en fonction des "risques" - parce qu'"aujourd'hui, si une chose n'est pas filmée et archivée, c'est comme si elle n'avait pas existé".

Mais "faire bouger les lignes" passe selon lui par un ancrage local. Il a ainsi créé à Labé une association d'une quarantaine de personnes, Villageois.2.0, pour "promouvoir le contrôle citoyen", "les droits de l'homme" et réclamer que les élus soient "redevables" de l'utilisation de l'argent public.

L'association, qui s'autofinance, organise des formations dans un local à Labé et va dans les écoles. Une initiative positive qui détonne dans un pays où des jeunes acculés par le chômage tentent par centaines et au péril de leur vie de rejoindre l'Europe clandestinement.

Le site www.lesvillageois.org est "devenu une tribune d'expression pour ces jeunes" qui s'initient au blogging avec des thématiques de leur quotidien, relues par l'équipe éditoriale, explique Sally, par exemple sur le maire de Labé ou sur la drogue, "un ennemi au coeur de l'école".

Si Sally gagne sa vie notamment en tant que chargé des réseaux sociaux du groupe Hadafo Médias et correspondant d'une télé privée au slogan qui lui correspond bien ("Regardons mieux"), il est aussi actif au sein de l'Association des blogueurs de Guinée, de la Ligue africaine des blogueurs et cyberactivistes pour la démocratie, crée des blogs ("L'autre Guinée; Rien ne m'échappe à l'oeil").

Depuis 2013, il contribue à l'émission Les Observateurs de la chaîne France 24, et a révélé un trafic de motos entre le Sénégal et la Guinée ou l'hygiène catastrophique d'un abattoir de Labé.

Le manque de protection légale est une vraie difficulté, relève Sally, notamment pour enquêter sur les cas de corruption ou les "dérives" du gouvernement. Il dit ne pas avoir été menacé directement, mais des "messages" d'intimidation ont été passés à sa famille.

Le cyberactiviste fait aussi face à un autre défi de taille: les problèmes d'internet. "Quand je veux mettre des vidéos sur YouTube, je dois me lever à 02h00 du matin pour avoir une bonne connexion...", soupire-t-il