.

Africities 2018: Des élus et experts débattent de la mise en place d'un Fonds de développement des villes africaines

Rédigé le 22/11/2018
MAP


 Des élus et experts prenant part au 8è Sommet Africities 2018 ont débattu, mercredi, des perspectives et de la feuille de route pour la mise en place du Fonds de développement des villes africaines (FODEVA), véhicule financier dédié au financement des infrastructures, équipements et services urbains.

"Le fonds a pour objectif de permettre aux villes du continent d’émettre des obligations sur les marchés nationaux ou internationaux de capitaux", a indiqué le Secrétaire général Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLU), Jean-Pierre Elong Mbassi lors d’une session organisée sous le signe "Rencontre des membres fondateurs du FODEVA". 

Il a souligné que cette institution devra alors répondre au besoin, d’une part, de vendre la destination collectivités territoriales d’Afrique aux investisseurs, et d’autre part, de préparer la capacité d’absorption et de gestion de la dette par lesdites collectivités.

Sur la même lignée, le président de CGLU, Parks Tau, a noté qu’une feuille de route a été élaborée pour définir la structure du capital et le portefeuille de risque, mais également présenter les bénéfices de ce véhicule et impliquer les Etats pour obtenir leur avis de non-objection. 

Cette session fait suite aux travaux de la Conférence tenue en novembre 2014 à Marrakech, portant sur le thème du financement des villes africaines, a-t-il rappelé, mettant l'accent aussi sur les discussions menées lors d’un atelier tenu à Rabat en 2017 réunissant des experts de haut niveau sur le même sujet. 

A cette occasion, le président du Directoire de l’Agence France Locale, Yves Millardet, a exposé l’expérience de cet organisme de prêt fondé en 2014 par les collectivités françaises pour diversifier leurs sources de financement. 

Il s’agit notamment d'améliorer les modalités d'emprunt pour le financement des investissements des collectivités en France, grâce à un accès mutualité au marché obligataire international, a-t-il expliqué.

Il a relevé que l’Agence France Locale émet de la dette obligataire avec une bonne signature pour offrir des taux bas à ses actionnaires, les collectivités adhérentes bénéficiant d'une bonne solvabilité, ajoutant que les fonds levés sur les marchés financiers sont redistribués aux membres sous forme de prêts bancaires classiques.

Pour sa part, François Noisette, consultant et fondateur de Kalutere Polis, un cabinet de conseil en stratégies et montage de projets pour les villes, a fait savoir que cette session vise la mobilisation et la sensibilisation des collectivités locales et régionales et des institutions financières africaines sur l’importance de la mise en place du FODEVA.

Ce débat offre également l'opportunité aux participants pour définir une feuille de route pour les prochaines étapes institutionnelles de mise en place de ce Fonds, a-t-il dit. 

Placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, le sommet Africités réunit quelque 5.000 participants, dont des acteurs de la vie locale du continent et partenaires issus d'autres régions du monde, des ministres en charge des collectivités locales, du logement et du développement urbain et de la fonction publique, ainsi que les autorités et élus locaux, les responsables des administrations locales et centrales, des organisations de la société civile et des opérateurs économiques des secteurs public et privé.