.

Odunbaku Omoh, une femme qui milite pour changer l'image stéréotypée de la femme africaine

Rédigé le 24/11/2018
Abdellah BOUCHOUARI - MAP


Forte d'une connaissance approfondie des défis du continent africain et d'un cursus brillant dans les universités de Lagos, Nigéria, Mme Odunbaku Omoh, milite jour et nuit avec volontarisme et dévouement pour changer l'image stéréotypée de la femme africaine, armée d'un volonté inébranlable pour relever les défis d'urbanisation des villes africaines.

La présence de la représentante de la Branche pour le partenariat et la coordination inter-agences (PIACB) du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (PNUEH), également appelé ONU-Habitat, aux travaux du 8e sommet des Africités, constitue la parfaite illustration d'une génération de femmes pleinement convaincues par leur militantisme en faveur du continent africain et préoccupées par les maux du continent. Une femme qui ne ménage aucun effort pour plaidoyer et défendre à chaque occasion régionale ou internationale les droits du continent africain, dont ceux relatifs à l'habitat et l'urbanisation des villes du continent.

Ainsi, Mme Omoh estime que les femmes au Nigeria, comme d'ailleurs dans toute l'Afrique, "sont devenues beaucoup plus fortes ces dernières années" et occupent de plus en plus des postes de décision aux niveaux local et régional.

S'agissant de son penchant pour les plans urbains, Mme Odunbaku Omoh, qui a participé à Marrakech à un atelier sous le thème "cadre régional harmonisé de mise en œuvre, de suivi et d'établissement de rapports du nouvel agenda urbain" en marge de Africités 2018, a relevé, dans une déclaration à la MAP, que son choix pour la planification urbaine des villes africaines se veut une forme pour apporter sa touche personnelle dans le domaine, d'autant plus que ce sujet "a un impact positif et direct sur la vie des citoyens".

Outre ses préoccupations dans le cadre des Nations Unies, la responsable s'inquiète pour l'éducation au continent africain qui, avec un profond regret, estime que le plus grand problème du continent est l'éducation des femmes.

Elle a à cet égard précisé que 3% seulement des femmes africaines ont accès à l'éducation, lequel taux "est très faible'', soulignant que la résolution de cette problématique "est en quelque sorte le plus grand défi auquel le continent africain est confronté".

Une vérité qu'on ne peut pas nier est celle que l'Afrique est "sur la bonne voie du changement" même si ''lentement'' et elle fait face à des défis, a-t-elle dit, notant que grâce aux efforts des gouvernements, son avenir "sera sans doute meilleur".

A noter que le Programme des Nations unies pour les établissements humains est géré par l'Assemblée générale des Nations Unies en vue de promouvoir des villes de développement durable. Ce programme constitue le point de convergence de toutes les questions relatives à l'urbanisation et aux établissements humains au sein du système des Nations Unies.