.

Africités : Wissal Boulahriss, des rêves aussi grands que l'Afrique

Rédigé le 24/11/2018
Hicham El Moussaoui - MAP


Animée d’une volonté de fer, d’une ambition à toute épreuve et d’un optimisme inébranlable, Wissal Boulahriss, une jeune marocaine de juste 17 ans, se dépense avec une énergie de champion aux travaux du 8ème Sommet Africités à Marrakech.

Dans sa ville natale, devenue le temps des cinq jours de ce forum la capitale de l’Afrique, Wissal, qui porte les rêves des jeunes de tout un continent, a trouvé dans ce rendez-vous l’occasion idoine pour côtoyer les décideurs, les leaders politiques et les femmes actives dans les différents pays africains.

Son fol espoir et sa détermination ne connaissent aucune limite pour aller loin dans une démarche unifiant les jeunes africains autour d’une initiative visant la localisation des technologies de la robotique et de programmation informatique.

A son très jeune âge, cette Marrakechie, élève de la 2ème année baccalauréat en sciences économiques, a intégré le monde de la programmation, de la physique et de l’astronomie, à la suite de l’intégration de l’association «Moroccan Spacenaut» avec à la clé sa participation à plusieurs programmes et activités dont le «Green Sci-tech Boot camp», un camp d’entraînement de sciences et de technologies vertes et un camp de formation sur le leadership et l’entreprise sociale, l’art et l’écriture créative.

Après des mois de travail acharné, la récompense est, enfin, tombée l’année dernière à Agadir à l’occasion du «Spacefest» (fête de l’espace) où Wissal a décroché le premier prix du concours «Space Moon» après avoir réussi, aux côtés d’un groupe de collègues, le développement du robot «Moon rover» (véhicule lunaire) téléguidé à distance, capable de calculer la distance, de mesurer la température et l’humidité sur la lune.

«N’abandonnes jamais tes rêves», a simplement lancé Wissal à la MAP avec un sourire innocent aussi éclatant que déterminant avant de décliner que son prochain rêve, en réalité une succession d’ambitions, est de «devenir une leader et acteur dans son association et dans la société, de créer une entreprise sociale au service des jeunes, de vulgariser au sein des collèges et lycées les clubs de la robotique et de la programmation».

Par l’entreprise qu’elle envisage de monter, elle aspire à «ouvrir le monde de la robotique et de la programmation aux jeunes», annonce-t-elle avec assurance, tout en expliquant que ces domaines, que d’aucun considère comme laborieux et nécessitant un long cursus scolaire, sont, en fait, aisément accessibles mais aussi des plus captivants.

Invitée à Africités par l’ l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), Wissal voit en les jeunes «un élément de changement positif» à condition de s’armer d’ambitions et de rêves réalisables et de les partager avec un groupe homogène capable d’élaborer et de traduire sur le terrain des idées innovantes.

«Les opportunités ne manquent pas au Maroc et l’INDH apporte, dans ce rayon, le soutien nécessaire pour réaliser les projets envisagés et mettre en œuvre des visions orientées vers l’avenir», assure la jeune Wissal, qui perçoit en la coopération Sud-Sud un tremplin pour édifier un futur prometteur au service des jeunes du continent.

D’Africités, elle porte son regard, son rêve vers le sud. Son projet d’entreprise sociale et de robotique et programmation, dont l’avenir est prometteur, devra être lancé du Maroc jusqu’aux fins fonds de l’Afrique méridionale