.

"Le Maroc est en passe de devenir une superpuissance africaine" (The Times)

Rédigé le 28/11/2018
MAP

Le Maroc, qui envisage de réussir une intégration régionale profonde sur la base de la coopération sud-sud et œuvre pour exporter son génie civil en Afrique, est en passe de devenir une superpuissance africaine, a indiqué le quotidien britannique "The Times".



Dans un dossier consacré récemment au développement économique du Royaume, intitulé : "le Maroc, 1ère économie d'Afrique du nord", "The Times" a souligné que la réintégration du Maroc de l'Union africaine est le signe le plus récent de l'engagement indéfectible du Royaume envers l'Afrique.

"Cet engagement se manifeste non seulement par la diplomatie du Royaume à travers les nombreuses visites effectuées par SM le Roi Mohammed VI dans une trentaine de pays africains, mais aussi et surtout par sa croissance économique et sa forte présence dans le continent", précise le journal britannique. 

Aussi, le Royaume est-il considéré aujourd'hui comme "le deuxième premier investisseur africain dans le continent, avec 17,5 milliards de dirhams (1,4 milliard de livres sterling) d'investissements dans la période allant de 2008 à 2015", relève la publication. 

Parmi les projets phares les plus récents dans le continent, le quotidien rappelle l'établissement de huit unités de production d'engrais en Afrique subsaharienne, l'implantation de deux sites industriels en Ethiopie et au Nigeria par l'Office Chérifien des Phosphates (OCP) et la réhabilitation de la baie de Cocody à Abidjan, en Côte d'Ivoire, par l'agence Marchica.

Selon "The Times", le Maroc est devenu le deuxième plus grand investisseur africain dans le continent avec un total de 17,5 milliards de dirhams entre 2008 et 2015, faisant remarquer que les deux dernières décennies ont vu des investissements records en matière de transport routier, maritime, ferroviaire et aérien dans le Royaume. 

Il s’agit d’investissements records en termes de transports routiers, maritimes, ferroviaires et aériens dans le Royaume, souligne la même source, précisant que le Maroc a lourdement investi dans son secteur de transport et a "émergé comme un leader africain" en la matière.

Par ailleurs, "la mise à niveau du secteur du transport a transformé le Maroc en un hub africain", note la publication, soulignant qu'un investissement considérable a été versé pour la mise à niveau du réseau des autoroutes. Ces dernières ont ainsi enregistré un trafic croissant de 53,7 millions km par un an en 2003 à 1,6 milliard km en 2017, selon la Société des Autoroutes du Maroc (ADM), rapporte le quotidien. 

Un autre atout majeur est le transport maritime, poursuit-on. En effet, le complexe portuaire de "Tanger Med", situé près du détroit de Gibraltar a accordé au Maroc une facilité stratégique inégalée, lui permettant de transporter actuellement 51,3 millions tonnes de cargaisons par an, "soit un chiffre égal à celui enregistré par le port de Londres".

Aussi, d'après le quotidien britannique, "le système ferroviaire marocain est considéré comme le meilleur d'Afrique", et le "33-ème au monde", selon le Rapport du Forum économique monde 2018, sans oublier pour autant le projet phare du Maroc inauguré tout récemment, en l’occurrence le train à grande vitesse (Ligne à Grande Vitesse, LGV), qui relie la ville de Tanger à Casablanca sur un itinéraire de 350 km et qui connectera également la ville de Rabat, relève la publication, notant que le transport aérien a également subi une révision complète à la suite de la signature de l'accord « open sky » avec l'UE en 2006 et l'intégration du Royaume en 2016 de l'Eurocontrol, l'Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne, qui regroupe 41 pays.

De même, ajoute "The Times", le Maroc possède l'un des marchés les plus prometteurs de télécommunications en Afrique, ajoutant que le Royaume dispose de l'un des plus forts taux de pénétration du téléphone mobile dans la région (131%) et pratique l'un des plus bas prix pour internet haut débit.

S'agissant de l'aviation civile, de nouvelles normes "Hight profile" sont introduites au secteur de l'aviation privée, note le quotidien. 

"Que ce soit un simple voyage d'affaires de Londres à Paris, pour assister à une réunion du conseil, ou voler une escapade de weekend de Casablanca aux dunes du Sahara marocain, des offres Hight profile, rapide sont désormais disponibles pour répondre et satisfaire les besoins de la plus exigeante clientèle de voyageurs internationaux", écrit-on. 

Pour ce qui est de l'infrastructure, le quotidien note que le Maroc "reconnaît que sa propre croissance économique sera renforcée par le développement de l’ensemble du continent", notant que "dans un temps relativement court, le Royaume est devenu le deuxième plus grand investisseur en Afrique". 

Par ailleurs, "environ 85% des dépenses du Royaume en devises sont maintenant orientées vers ses voisins africains et ce, grâce à la politique de SM le Roi Mohammed VI qui croit que la promotion de son propre pays sera enrichie par le développement du continent", a-t-on soutenu. 

D'après le quotidien, "le Souverain a joué un rôle fondamental dans le retour du Maroc à l'Union africaine en 2017, de même qu'il a effectué d'innombrables visites aux pays membres pour renforcer les liens et les partenariats".

Ces visites ont été soldées par la signature de plus de mille accords de partenariat qui ont permis à un nombre croissant d'entreprises marocaines d'exporter leurs produits et services vers le continent, poursuit-on. 

Même tendance au niveau de l'industrie automobile marocaine, qui a émergé en tant que leader en Afrique, en dépassant en 2017 l'Afrique du Sud avec une production de 345.000 véhicules contre 331.000 véhicules fabriqués par ce dernier.

Le quotidien souligne en guise de conclusion, que "les entreprises britanniques qui cherchent à opérer au Maroc peuvent compter sur le leadership du pays", notamment après le Brexit.