.

Le Pacte mondial sur les migrations

Rédigé le 07/12/2018
AFP


Le Pacte mondial sur les migrations de l'ONU adopté en juillet et qui doit être avalisé au Maroc, vise à renforcer "la coopération relative aux migrations internationales sous tous leurs aspects".

La sensibilité du sujet a poussé plusieurs pays dans le monde à renier leurs engagements en faveur de ce texte pourtant "juridiquement non contraignant".

D'environ 40 pages, le Pacte "favorise la coopération internationale en matière de migration entre tous les acteurs compétents, sachant qu'aucun État ne peut gérer seul la question des migrations". Il "respecte la souveraineté des États et les obligations que leur fait le droit international".

"Les migrations ont indéniablement des répercussions très différentes et parfois imprévisibles sur nos pays ainsi que sur les communautés et les migrants et leur famille". Mais "il est crucial que nous ne nous laissions pas diviser et que nous restions unis face aux difficultés que posent les migrations internationales et aux occasions qu'elles offrent".

"Les migrations font partie intégrante de la mondialisation, reliant entre elles les sociétés d'une même région et d'une région à l'autre et faisant de nous tous des pays d'origine, de transit et de destination", affirme aussi le document.

"Grâce à cette démarche globale, nous comptons faciliter des migrations sûres, ordonnées et régulières, tout en réduisant l'incidence et les répercussions négatives de la migration irrégulière grâce à la coopération internationale et à l'ensemble de mesures proposé dans le présent Pacte mondial".

"La migration ne devrait jamais être un acte désespéré. Lorsque c'est le cas, nous devons coopérer en vue de répondre aux besoins des migrants en situation de vulnérabilité et de résoudre les problèmes qui se posent. Nous devons oeuvrer de concert pour créer des conditions qui permettent aux communautés et aux individus de vivre en sécurité et dans la dignité dans leur propre pays".

Le Pacte détaille 23 objectifs. Parmi eux: "lutter contre les facteurs négatifs et les problèmes structurels qui poussent des personnes à quitter leur pays d'origine", "sauver des vies", "renforcer l'action transnationale face au trafic de migrants", "ne recourir au placement en rétention administrative des migrants qu'en dernier ressort", ou "assurer l'accès des migrants aux services de base".

"Nous mettrons en oeuvre le Pacte mondial en coopérant aux niveaux bilatéral, régional et multilatéral et en donnant un nouveau souffle au partenariat mondial, dans un esprit de solidarité", indique le texte.

"Nous décidons, en nous inspirant des initiatives existantes, de créer un mécanisme de renforcement des capacités au sein du système des Nations Unies, dont le rôle sera d'appuyer les efforts déployés par les États membres pour mettre en oeuvre le Pacte mondial".

Les signataires s'engagent aussi à créer "une plateforme mondiale de connaissances qui servira de source publique de données en ligne" sur les migrations, ainsi qu'un "réseau des Nations unies consacré aux migrations" confié à l'Organisation internationale pour les migrations.