Afrique: L'UAM et l’ECOSOCC-UA conviennent de travailler de concert pour promouvoir l’action mutualiste dans le continent

Afrique: L'UAM et l’ECOSOCC-UA conviennent de travailler de concert pour promouvoir l’action mutualiste dans le continent

Rédigé le 27/12/2018
MAP


Rabat - L'Union africaine de la mutualité (UAM) et le Conseil économique, social et culturel de l'Union africaine (ECOSOCC-UA) ont convenu, à Rabat, de travailler de concert pour promouvoir l'action mutualiste au niveau du continent.

Lors d'une rencontre mardi à Rabat entre M. Abdelmoula Abdelmoumni, président de l'UAM et M. Khalid Boudali, vice-président de l'ECOSOCC-UA chargé de l'Afrique du nord, les deux parties se sont mises d'accord pour plaider auprès des mutuelles africaines pour adhérer à l’UAM, une structure supranationale, basée dans la capitale marocaine, qui se veut un instrument de mise en réseau du mouvement mutualiste en Afrique afin de défendre et de représenter les intérêts communs des organisations membres et d’apporter une assistance technique de premier ordre en matière d’amélioration de couverture sociale et de facilitation d’accès aux soins de santé à travers la solidarité mutualiste.

Intervenant à cette occasion, M. Boudali a assuré le président de l'UAM d’œuvrer pour l’adhésion, dans les meilleurs délais, de l’UAM à l’ECOSOCC-UA et de bénéficier d’un statut avancé dans ce cadre, eu égard au rôle de cette instance panafricaine dans la promotion de la coopération Sud-Sud à travers l’échange d’expériences et d’expertises en matière de mutualité pour promouvoir l’action de la sécurité sociale dans le continent.

Il a, en outre, indiqué que l'ECOSOCC-UA compte organiser, dans un futur proche, un side-event au Maroc ou dans un autre pays du continent, en partenariat avec l'UAM sur le rôle de la mutualité dans l’Economie sociale et solidaire (ESS) en Afrique, relevant qu'un tel événement permettra d’inscrire la mutualité dans les actions de l’agenda 2063 de l’UA.

Créé en 2004, l’ECOSOCC se veut une plateforme pour l’établissement de partenariats entre les gouvernements et toutes les composantes de la société civile africaine. Constitué de groupes sociaux, ce conseil permet à la société civile africaine de jouer un rôle actif dans la planification de l’avenir du continent, de s’organiser en partenariat avec les gouvernements afin de contribuer à la définition des principes, politiques et programmes de l’Union.

De son côté, M. Abdelmoumni, qui est également Vice-président de l’Union mondiale de la mutualité (UMM) chargé de l’Afrique et du Moyen-Orient, a mis en avant le rôle de l’UAM dans la promotion de la cause mutualiste en Afrique en optant pour une démarche dynamique et active pour permettre la généralisation de la couverture sociale à toutes les couches sociales surtout les plus démunies. Ceci passe immanquablement par la facilitation de l’accès aux prestations tout en oeuvrant pour la mise en place du tiers payant et sa généralisation comme recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en vue de permettre un accès facile et assuré des ménages aux soins, a-t-il indiqué.

M. Abdelmoumni, qui est également président du Conseil d'administration de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques (MGPAP), a rappelé que le Maroc, leader de la mutualité en Afrique, s’est inscrit dans une dynamique mutualiste ayant permis l’amélioration et l’extension de la couverture médicale, chose qui constitue, selon lui, une fierté en Afrique et dans le monde.

La MGPAP, en tant que maillon essentiel du système mutualiste marocain, de par ses adhérents (435.000) et leurs ayant-droits ayant franchi la barre des 1,5 million, a pu réaliser une série de projets visant la régionalisation et de la politique de proximité, la facilitation de l’accès aux soins médicaux et la diversification et le développement des prestations servies aux adhérents et leurs ayant-droits, a-t-il souligné, relevant que ces performances lui ont valu une place de leader au niveau africain en matière de mutualité et son savoir-faire et ses bonnes pratiques sont sollicitées par nombre de mutuelles africaines sœurs.