.

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Rédigé le 22/01/2019
MAP


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mardi 22 janvier : 

Sénégal-Economie-Commerce

Les termes de l'échange du Sénégal, indice mesurant le rapport entre les exportations et les importations, ont connu une amélioration en novembre dernier, en ressortant à 1,24, selon l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

Ce résultat est lié à la bonne tenue des prix des produits des matières premières minérales dont les termes de l’échange se sont situés à 1,73, des produits finis destinés à la consommation (1,37), des prix de la fonction "alimentation-boisson-tabac" (1,22), souligne la structure dans sa note d’évolution du commerce extérieur du Sénégal.

Le rapport ajoute également parmi les facteurs ayant favorisé cette tendance, la bonne tenue des prix de l’énergie et des lubrifiants et des autres demi-produits avec des indices respectifs de 1, 21 et 1, 14.

Sénégal-Agriculture

La production de coton du Sénégal durant les onze premiers mois de l’année 2018 a enregistré une forte baisse de 52,1% comparée à la même période de l’année 2017, a-t-on indiqué lundi auprès de la société de développement des fibres textiles du Sénégal (SODEFITEX).

Selon cette structure, la production s’est établie à 6.400 tonnes contre 13.363 tonnes au terme des onze premiers mois de l’année 2017, soit un important repli de 6.963 tonnes en valeur absolue.

Ouganda-Café 

Les pluies exceptionnelles enregistrées ce mois en Ouganda laissent présager une bonne campagne principale de café allant d'avril à mai prochain, selon l’Union nationale de l’agrobusiness et des entreprises agricoles de café d’Ouganda (NUCAFE).

D’après David Muwonge, directeur exécutif adjoint de l’organisation, les précipitations permettent d’améliorer les conditions de culture pour la campagne principale dans les régions du Sud et du Sud-Ouest. 

"Les conditions humides devraient toutefois prolonger le séchage de la récolte dans les régions orientale et centrale où la récolte principale s’achève en février", a indiqué M. Muwonge, cité par des médias locaux.

L’Ouganda devrait produire 5,8 millions de sacs de café durant l’année caféière s’achevant en septembre prochain, d’après l’Autorité ougandaise de développement de café. 

Côte d'Ivoire-économie

Le président ivoirien Alassane Ouattara a indiqué, lundi à Abidjan, que la Côte d'Ivoire va appliquer la réciprocité vis-à-vis des "pays qui n'accueillent pas les entreprises ivoiriennes".

"J'ai été obligé au dernier Sommet de la CEDEOA, le 22 décembre, à Abuja de dire clairement que si les autres pays n’appliquent pas à la Côte d'Ivoire les facilités que nous appliquons aux entreprises des autres pays, nous allons faire la réciprocité", a dit le président Ouattara lors d’un séminaire des représentants de la Région Afrique du Fonds monétaire international (FMI).

"La Côte d'Ivoire a une économie très ouverte", que ce soit dans le domaine des routes, de l’électricité, de l’eau, le pays enregistre des entreprises de tous les pays voisins dans différents secteurs, a ajouté le chef de l'Etat.

Côte d'Ivoire-BAD

Les 15 et 16 janvier 2019, le Comité Banque africaine de développement-société civile a tenu sa première réunion statutaire, au siège de la Banque, à Abidjan.

Le comité Banque africaine de développement-société civile est un groupe consultatif que la Banque a mis sur pied dans le but de renforcer les liens et la collaboration avec l’ensemble de la société civile en Afrique.

Le comité compte 11 organisations de la société civile à l’expertise avérée dans au moins l’une des cinq grandes priorités de développement de la Banque, baptisées High 5.

Les membres du comité représentent également les cinq sous-régions du continent (Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest, Afrique de l’Est, Afrique centrale, Afrique australe), ainsi que des organisations internationales non gouvernementales actives en Afrique. En sus des représentants issus de la société civile, le Comité compte 11 membres du personnel de la Banque.

Ghana-Finance

Le gouvernement ghanéen a lancé le processus d'émission de 3 milliards USD d’obligations souveraines sur le marché international des capitaux par l’intermédiaire du ministère des Finances.

Le gouvernement a prévu dans sa déclaration budgétaire de 2019 la mobilisation des ressources à l’aide de divers instruments du marché international des capitaux. Selon le ministre des Finances, Ken Ofori Atta, les options comprennent des euro-obligations et des obligations vertes, entre autres.

Cette mobilisation servira à financer des dépenses en capital critiques, des dépenses génératrices de croissance économique et la gestion des passifs.

Togo-agriculture

Un projet d’appui à l’amélioration de la compétitivité de la filière ananas au Togo a été lancé récemment, sous la présidence du ministre de l’Industrie et du Tourisme, Ihou Attigbé.

Le projet est cofinancé par l’Union européenne et l’Allemagne respectivement pour 4,7 millions d’euros et 1,25 millions d’euros sur une période de quatre ans.

Il s’inscrit dans le cadre du programme de l’Union européenne pour la compétitivité de l’Afrique de l’Ouest, visant à promouvoir l’intégration des pays de la région dans les échanges commerciaux régionaux et internationaux.

Ce programme est en cohérence avec les ambitions du gouvernement togolais traduits dans l’axe 2 du plan national de développement (PND 2018-2022) qui est de développer des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industrie extractive.

Gabon-banques

Après avoir cédé 41% de ses parts au Fonds gabonais d'investissements stratégiques (FGIS) en juin 2018, la BNP-Paribas va définitivement quitter le Gabon et l’actionnariat de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (BICIG).

Cette annonce a été faite vendredi dernier par le Président du conseil d’administration de la BICIG, Etienne Guy Mouvaga Tchioba, lors d’une assemblée générale de la banque à Libreville.

Le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS) est l’actionnaire majoritaire de la BICIG, suivi de l’Etat avec 26,2 % de parts et des privés (26 %).

Gabon-CEMAC-coopération

Le coordinateur du Bureau de coordination du Plan stratégique Gabon émergent (BCPSGE), Liban Soleman, et le président de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), Daniel Ona Ondo, ont paraphé, lundi à Libreville, un protocole de coopération entre les deux institutions.

Cette signature vise à fournir un cadre général pour faciliter la collaboration et la coopération entre les deux parties en matière d’intérêt commun, pour une accélération de la mise en œuvre du Plan économique régional (PER) de la CEMAC et du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE).

Mali-mines

La production industrielle d'or du Mali a augmenté en 2018 à 60,8 tonnes soit une hausse de 23% , selon Boubacar Sissoko, porte-parole du ministère des Mines.

Cette performance serait due aux rendements des mines Fekola et Yanfolila qui ont enregistré leur première année de pleine production.

La mine Fekola a permis à la compagnie B2Gold de réaliser un record de production pour la 10e année consécutive alors que la production de Yanfolila a augmenté le long de l’année.

Selon Mamadou Sidibe, directeur adjoint de la Cellule de planification et de statistique du gouvernement, le pays devrait poursuivre sur la même lancée en 2019. La production sera boostée par les rendements de la mine souterraine Syama de Resolute Mining, où l’extraction de minerai a commencé en décembre 2018.

Le Mali est le quatrième producteur d’or en Afrique, derrière l’Afrique du Sud, le Ghana et le Soudan.