.

La contribution du Royaume au développement autonome de l'Afrique revêt un caractère multiforme (IRES)

Rédigé le 09/02/2019
MAP


Casablanca - Le Maroc a rapidement compris que sa contribution au développement autonome de l'Afrique ne peut revêtir qu'un caractère multiforme, a souligné, vendredi à Casablanca, le directeur général de l'Institut royal des études stratégiques (IRES), Mohamed Tawfik Mouline.

Présentant le rapport stratégique 2018 de l'IRES "Pour un développement autonome de l'Afrique", M. Mouline a relevé que cette contribution du Royaume se décline en la gouvernance du continent en faveur d'une Union africaine (UA) plus active et solidaire, en mesure de trouver des solutions aux principales préoccupations de l'Afrique et l'Agenda africain pour la migration proposé par le Maroc à l'UA qui se veut le préalable à un renouvellement de la réflexion sur la question migratoire et un enjeu clé pour assurer la libre circulation des africains sur leur continent

Concernant le capital humain, le rapport a mis en évidence l'engagement du Maroc en faveur de la formation des cadres africains, notant que le Maroc a contribué à la formation de plus de 5.000 cadres administratifs africains qui ont perfectionné leurs connaissances et expertises.

En matière de lutte contre la radicalisation et diffusion d'un Islam tolérant, le Maroc a mis à la disposition des pays africains son expérience en la matière, a-t-il noté, faisant savoir qu'en 2017, plus de 1.000 imams ont été formés à l'institut Mohammed VI de formation des imams prédicateurs et prédicatrices.

Le Maroc oeuvre aussi pour le maintien de la paix au niveau du continent depuis sa participation en 1960 à la première opération de maintien de paix au Congo, a indiqué le rapport, qui a précisé qu'actuellement 1.596 militaires marocains sont en mission en Afrique.

La transition économique de l'Afrique est devenue une question prioritaire pour le Maroc, sa contribution se manifeste sur trois plans, à savoir l'intégration économique, les investissements et les secteurs d'excellence, a-t-il fait observer. 

Puissance active dans le débat international sur le climat et l'environnement, le Maroc a initié le premier sommet africain de l'action ayant permis à l'Afrique de s'exprimer d'une seule voix en faveur d'une justice climatique et de fixer les axes d'une co-émergence durable, a-t-il ajouté. 

Enfin, le Maroc a exprimé sa volonté de contribuer en particulier aux objectifs de l'Agenda 2063, en ciblant les secteurs d'activité et les populations où son action serait porteuse d'efficacité tant pour l'UA que pour les pays, pris individuellement, a-t-il relevé.

Pour faire face aux enjeux du présent et du futur, l'Afrique a besoin de retrouver la confiance en elle-même, insiste le rapport qui souligne l'importance d'inventer un nouveau modèle africain de planification urbaine, d'enclencher un fort processus de transformation rurale et de mettre en place un système sécuritaire, en prenant en considération la spécificité africaine. 

La présentation du rapport stratégique 2018 de l'IRES est intervenue dans le cadre du 25è Salon international du livre et de l'édition (SIEL) de Casablanca, qui se tient du 07 au 17 février sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, avec la participation de plus de 700 exposants représentant 40 pays, dont l'Espagne, invité d'honneur de cette édition.