.

Afrique du Sud: L’exclusion économique des jeunes, principale menace à la stabilité du pays (Institut)

Rédigé le 09/02/2019
MAP


Johannesburg - L’exclusion économique des jeunes représente la principale menace à la stabilité en Afrique du Sud, a estimé vendredi l’Institut sud-africain des relations entre les races (IRR).

L’institut, qui commentait le discours prononcé jeudi par le président Cyril Ramaphosa sur l’état de la Nation, a relevé que le chef d’Etat n’a pas décliné d’une manière claire la politique que son gouvernement compte mettre en œuvre pour juguler un chômage endémique.

D’après l’institut, le chômage touche 39 pc des jeunes sud-africains. Officiellement, ce fléau affecte 27 pc de la population active, au moment où des sources indépendantes estiment que ce taux grimpe à près de 60 pc parmi les noirs dans les zones défavorisées.

Dans son discours, prononcé à trois mois des élections générales qui se dérouleront dans le pays le 8 mai prochain, Ramaphosa a dévoilé une vaste stratégie visant notamment à encourager une croissance inclusive et génératrice d’emplois.

«Trop de politiques gouvernementales risque de freiner la croissance et couper l’accès à l’emploi», a dit Frans Cronje, président de l’IRR, estimant que le discours du président n’a pas fourni suffisamment de mesures concrètes qui suggèrent que le gouvernement est en mesure de s’attaquer au chômage.

L’exclusion économique des jeunes est la plus grande menace à la stabilité de l’Afrique du Sud à long terme, a ajouté Cronje, soulignant que l’Afrique du Sud devrait afficher des taux de croissance économique moyens supérieurs à 5 pc pendant une période significative afin de réduire le chômage.

Ramaphosa s’était engagé, lors d’un sommet sur l’emploi tenu l’année dernière, à créer près de 275.000 emplois par an.