Karima Halim, une marocaine vouée à l'enseignement et à l'action associative en Egypte

Karima Halim, une marocaine vouée à l'enseignement et à l'action associative en Egypte

Rédigé le 08/03/2019
MAP - Ahmed El Guermali


Le Caire - Animée d'une persévérance salutaire, d’une ambition sans limites et d’une fierté profonde pour ses origines, la Marocaine Karima Halim est l'exemple éloquent de la femme marocaine qui s'illustre dans les milieux égyptiens. Son parcours académique remarquable et son expérience professionnelle dans l’enseignement lui ont valu respect et reconnaissance au pays des pharaons. 

Installée en Egypte depuis 2003, cette native de la capitale ismaélienne, Meknès, a réussi à se frayer une place distinguée au sein de la société égyptienne, non seulement dans le domaine de l'enseignement, mais aussi dans la vie associative. 

Son travail associatif, consacré en grande partie à la communauté marocaine établie en Egypte, ne lui a pas empêché de poursuivre ses études supérieures. En 2011, elle a obtenu un "Master" en sciences de l'éducation de l'Université française du Caire.

Entre 2011 et 2017, elle a travaillé en tant qu’enseignante de la littérature française à l’Institut français du Caire ainsi que dans une école secondaire française située dans la capitale égyptienne. Depuis 2017 à ce jour, elle exerce comme professeur à l’Ecole internationale canadienne du Caire.

Dans un entretien à la MAP, à l’occasion de la Journée internationale de la Femme, célébrée le 8 mars de chaque année, Mme Halim a souligné que son succès en tant que professeur de la littérature française est du, non seulement à la maîtrise de la langue de Molière, mais surtout à la discipline, à l'engagement et à la persévérance qui constituent, selon elle, des critères essentiels pour la réussite dans ce domaine.

Elle a souligné que sa longue carrière lui a permis de faire ses preuves en tant que femme et de mettre en valeur ses compétences professionnelles et associatives, relevant qu’en Egypte, les femmes marocaines s’illustrent dans divers domaines et honorent dignement l’image de leur pays natal.

D’après ses collègues et ses proches, Karima Halim a imposé son respect et sa reconnaissance grâce sa passion vive, son dévouement sans faille et son engagement professionnel.

Le parcours de Mme Halim peut être qualifiée d'"exceptionnel" et de "singulier" et représente un exemple impressionnant d'intégration dans le pays d'accueil et une source d’inspiration pour de nombreuses femmes marocaines vivant en Égypte.

L'histoire de cette femme a commencé en 1987, date à laquelle elle avait obtenu sa licence en sciences physiques à l’Université Moulay Ismail de Meknès avant de mettre le cap sur Rabat en 1992 à la recherche de nouveaux horizons, motivée en cela par son désir de s'engager dans l'action politique. Sa carrière professionnelle a débuté en 1998 à la commune urbaine où elle a occupé le poste de chef du département des relations publiques avant de se présenter aux élections législatives en 2002 dans la circonscription de Salé.

En 2003, la carrière professionnelle et le courant politique de Halima ont pris une autre tournure lorsque elle a rencontré et épousé un Égyptien qui travaillait comme architecte du secteur privé à Rabat.

Installée en Egypte, Halima, qui a cumulé une grande expérience dans le travail associatif, a milité pendant plus de dix ans pour la création d'une association de la communauté marocaine vivant en Egypte, un rêve qu s'est concrétisé en 2014 avec la mise en place de la "Ligue de la communauté marocaine en Egypte". "En dépit des contraintes et des difficultés, nous tenions à créer cette association. Les femmes marocaines sont actives et instruites", a déclaré Karima, 55 ans. 

Selon cette femme, qui a présidé l'association durant les années 2015 et 2016, donner une bonne image du Maroc et mettre en avant le patrimoine culturel et civilisationnel du Royaume nécessitent une présence constante et un contact continu avec les différentes catégories de la société égyptienne, à travers la participation aux activités culturelles, artistiques et sportives présentant un intérêt pour le Maroc.

"La présence de cette association et la poursuite de ses activités sont devenues impératives en raison du nombre croissant de Marocains en Égypte, en particulier la composante féminine, et du nombre croissant de leurs enfants résultant de mariages mixtes", a-t-elle soutenu. Karima Halim offre ainsi un exemple éloquent de ces femmes marocaines qui ont réussi avec brio de s'intégrer et de s'imposer dans les pays d'accueil.