Le Maghreb à l'honneur à la 2ème édition du festival international de la culture aissaouie

Le Maghreb à l'honneur à la 2ème édition du festival international de la culture aissaouie

Rédigé le 29/03/2019
MAP


Casablanca - La 2ème édition du festival international de la culture aissaouie, qui se tiendra du 18 au 20 avril 2019, présente un riche programme artistique et académique qui met l’accent sur cette culture dans la région du Maghreb, a affirmé, jeudi à Casablanca, le directeur artistique de ce festival, Abdelhamid Sbaii.

Organisé par la section casablancaise de l’association Fès Saiss sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, cet événement propose des soirées mystiques, des veillées spirituelles et des fusions inédites outre des tables rondes et forum-débat au sein du Palais du Méchouar au quartier des Habous à Casablanca, qui brillera pendant trois jours sous la magie de la culture Aissaouie, a-t-il ajouté.

Le festival, qui propose cette année une programmation artistique illustrant la splendeur de l’héritage aissaoui avec de grands noms du Maroc, de la Tunisie et de l’Algérie, offre pendant trois soirées, les chants puisés dans le riche patrimoine mystique et promettent d’émerveiller l’auditoire de l’esplanade du Palais Méchouar, a-t-il expliqué. 

Pour le président national de l’Association Fès Saiss, Driss Alaoui Mdaghri, après l'éclatant succès de l’année dernière, il était naturel de persévérer en 2019 sur la voie de l’exploration d’un champ spirituel qui fait partie d’un patrimoine profondément enraciné dans l’histoire du Maghreb.

Il a ajouté que les troupes engagées n’entendent pas s’inscrire dans l’ordre du spectacle, mais dans celui du partage dans la ferveur d’une foi sans outrance. Les personnes impliquées dans l’organisation du festival et ceux qui y participent sont, avant tout, mues par le désir de contribuer à un monde meilleur où la paix et la concorde règnent. 

De son côté, le président de la section casablancaise de l’association Fès Saiss Abdellah, Hasnaoui Amri, a indiqué que l’objectif est de mettre en lumière les rituels de cette discipline ancestrale et de contribuer à sa renommée auprès d’un large public, d’où le choix d’organiser le festival à Casablanca.

Cette 2ème édition sera inaugurée sous des airs tunisiens, avec l’ensemble Aissaoui "Awamria Mkaddem Sidi Ameur", dignes représentants de la "Tariqa Al Amiriya" de la Zawiya Sidi Amer, une des plus importantes confréries mystiques soufies de Tunisie. L’ensemble sera rejoint par l’artiste tunisien Mahmoud Frieh, chanteur, professeur de musique arabe et spécialiste de la nouba du Malouf tunisien. 

La soirée d’ouverture continuera avec les sonorités du Mkaddem Haj Said Berrada, héritier d’une prestigieuse lignée familiale de Moquadem de Fès, qui fait preuve d’une véritable maestria de la "Tariqa Aissaouia", ainsi que le chanteur tangérois Said Belcadi, grand maître du Madih et du Samaa. 

Durant la deuxième journée l’Algérie sera à l’honneur avec les Aissaoua Mkaddem Khalil Baba Ahmed. L’ensemble est dirigé par le violoniste Khalil Baba Ahmed, originaire de Tlemcen et spécialiste de la musique traditionnelle algérienne.

La musique Gharnatie algérienne sera aussi au rendez-vous avec le chanteur et musicien Brahim Hadj Kacem, un des grands noms dans la scène musicale maitrisant le Hawzi, le Madih et le Melhoun.

Le soir même, la culture Aissaouie sera représentée par Taifat Ikhouane Aissaoua, dirigée par Abdessamad Hadef de Meknès. Le Melhoun sera aussi au programme avec la participation du grand artiste Driss Zaarouri et l’orchestre du maestro Mohammed Otmani des musiques traditionnelles de Fès. 

La soirée de clôture sera Maghrébine avec, comme invités de marque, les légendaires Nass El Ghiwane, en présence de Omar Sayed, et offrira également un plateau inédit ou fusionneront les Tawaifs Aissaoua marocaines, tunisiennes et algériennes. 

Offrant une belle plateforme pour promouvoir et faire rayonner un patrimoine immatériel enraciné dans la culture marocaine depuis des siècles, le festival ouvre également le champ à l’échange, au partage et au débat, à travers des débats sur "dialogue des religions, dialogues des cultures : l’universel en partage" et "L’approche soufie dans la moralisation de l’éducation". 

La première édition du festival International de la culture Aissaouie avait drainé plus de 5000 festivaliers, marquant ainsi un succès retentissant avec la participation de plusieurs acteurs nationaux et internationaux de renom tant dans les domaines artistique et culturel que scientifique.