Un cantique de l’Eglise de la RDC chanté pendant la messe dite par le pape François au Maroc

Un cantique de l’Eglise de la RDC chanté pendant la messe dite par le pape François au Maroc

Rédigé le 31/03/2019
ACP


Rabat - Environ 500 choristes venus de toutes les chorales paroissiales du Royaume ont exécuté des chants, dont un cantique de l’Eglise de la République Démocratique (« Nkumu yamba makabu »), chanté au début et pendant la messe, contribuant à la qualité de la prière de l'assemblée, au cours de la messe solennelle que le Pape François a dite samedi, au Complexe sportif Prince Moulay Abdellah, peu avant son retour au Vatican. 

Quasiment tous les prêtres qui servent au Maroc étaient présents au Complexe sportif Prince Moulay Abdellah. 

Avant la remise des cadeaux au Pape François à la fin de l'Eucharistie, Mgr Cristóbal dont le diocèse de Rabat a eu l'honneur d'accueillir la visite du Saint-Père, l’a remercié d’avoir visité les chrétiens du Maroc et de les avoir confirmés dans la foi. 

Auparavant, le pape François avait rencontré les prêtres, les personnes consacrées et les chrétiens d’autres confessions dans la cathédrale St Pierre de Rabat. L’Eglise catholique du royaume du Maroc compte environ 20.000 chrétiens, tous quasiment étrangers, rappelle-t-on. 

Le pape François encourage l’Eglise du Maroc à continuer la culture de la miséricorde Le Pape François a encouragé, au cours de la messe, l’Eglise du Royaume du Maroc à continuer de grandir la culture de la miséricorde auprès des petits et de pauvres, de ceux qui sont exclus, abandonnés et ignorés. 

Devant des fidèles estimés à plus de 10.000 personnes, le Souverain Pontife, appelé aussi « Serviteur d’espérance », a indiqué que « dans la culture de miséricorde, personne ne regarde l’autre avec indifférence ni ne détourne son regard quand il voit sa souffrance ». 

Entouré des archevêques de Rabat et de Tanger, le pape François a axé son homélie sur l'Evangile selon Saint Luc au chap. 15 : la parabole dite « de l'enfant prodigue » ou « du père miséricordieux. La liturgie a été celle du 4ème dimanche de Carême, centrée sur la miséricorde divine, thème cher au pape François qui a fait remarquer que chaque sourate du Coran commence par une invocation au « Dieu très clément et miséricordieux ».