PLUS DE 4000 ÉTUDIANTS PENSIONNAIRES D’UNIVERSITÉS MAROCAINES

PLUS DE 4000 ÉTUDIANTS PENSIONNAIRES D’UNIVERSITÉS MAROCAINES

Rédigé le 04/04/2019
APS - Amadou Sarra Bâ


Rabat - Plus de 4000 étudiants sénégalais sont inscrits dans des universités et structures de formation du Maroc, toutes filières confondues, a-t-on appris du président de l’Union générale des étudiants et stagiaires sénégalais au Maroc (UGESSM), Lamine Ndiaye. 

"Actuellement, nous sommes plus de 4000 étudiants sénégalais au Maroc. Le quota est de 150 étudiants par an et 150 autres sont envoyés à l’Institut Mohammed VI pour la formation des imams, prédicateurs et des prédicatrices", a-t-il déclaré à des journalistes en visite à la Cité universitaire internationale de Rabat. 

Dans le cadre d’un accord signé entre le Maroc et le Sénégal, plus de 150 bourses sont offertes annuellement aux étudiants sénégalais et 100 autres aux étudiants marocains. 

Lamine Ndiaye, étudiant en master de physique, précise que les étudiants sénégalais sont répartis dans 13 villes marocaines dont Rabat, Casablanca, Fez, Meknès, Agadir, etc. 

Selon lui, l’Union générale des étudiants et stagiaires sénégalais au Maroc travaille "en étroite collaboration" avec la Direction des bourses et l’ambassade du Sénégal au Maroc pour la résolution d’éventuels problèmes administratifs auxquels ses membres peuvent être confrontés. 

"Les étudiants qui viennent par le quota bénéficient d’une bourse du Maroc (750 dirhams) et celle du Sénégal", a-t-il renseigné. Il précise toutefois qu’à partir de la licence, l’étudiant sénégalais ne bénéficie plus de la bourse octroyée par le Maroc, seulement celle du Sénégal. 

La bourse dont il bénéficie du Sénégal consiste en des virements par trimestre, a-t-il indiqué. "Après la licence, les étudiants sont appelés à passer des examens pour le master. Les autorités marocaines imposent à tous les étudiants de payer 2250 dirhams pour les frais d’inscription en master. L’étudiant qui n’est pas encore inscrit ne peut pas recevoir une bourse de l’Etat du Sénégal", a-t-il déploré. 

Il note par ailleurs que "80% des étudiants sénégalais restent au Maroc après avoir obtenu leurs diplômes’’, d’autant qu’ils n’ont "pas besoin de beaucoup de formalités pour travailler ici". 

Au Maroc, ils ont plus d’opportunités pour s’insérer dans le marché du travail, compte tenu notamment de leur bonne intégration dans ce pays. "C’est notre seconde patrie. Les Marocains nous aiment beaucoup et nous considèrent comme leurs frères", a fait savoir Lamine Ndiaye, également vice-président de la Confédération des étudiants étrangers au Maroc. 

Il signale que chaque année, les étudiants sénégalais organisent en avril une journée culturelle pour communier entre eux et montrer les différentes facettes de la culture sénégalaise aux Marocains. 

De même participent-ils à "toutes les activités culturelles" organisées par l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), organisme ayant en charge la formation universitaire, technique et professionnelle des étudiants étrangers au Maroc. 

La Cité universitaire internationale de Rabat, gérée par l’AMCI, accueille des étudiants de 72 nationalités dont 60% viennent de pays subsahariens, a indiqué son directeur général, Kamal Ould Tafkhirt.