Burkina Faso: la stratégie énergétique du Maroc hautement saluée en Afrique

Burkina Faso: la stratégie énergétique du Maroc hautement saluée en Afrique

Rédigé le 06/04/2019
MAP


Ouagadougou - La stratégie et la politique du Maroc dans le domaine des énergies renouvelables ont été hautement saluées et appréciées à leur juste valeur par plusieurs intervenants qui se sont succédé à la tribune de la 3è édition de la Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique (SEERA) qui se déroule actuellement à Ouagadougou.

Le Maroc est le pays invité d’honneur de ces Assises énergétiques à l’échelle africaine.

"Le choix du Maroc en tant que pays d’honneur de cette édition n’est nullement fortuit et n’est pas le fruit du hasard", a, ainsi, affirmé le ministre burkinabè de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo.

Dans ce sens, il a rappelé que les efforts inlassables consentis par le Royaume en vue de donner corps aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique ne sont plus à démontrer et constituent un modèle, dont il faut s’inspirer au niveau du continent, a indiqué M. Ismaël Ouédraogo, lors de la cérémonie d’ouverture de la SEERA, jeudi à Ouagadougou, sous la présidence du Premier ministre burkinabè, Christophe Joseph Dabiré.

"Sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc est devenu, au fil du temps, un pays pionnier en matière de transition et d’efficacité énergétiques à l’échelle continentale, voire mondiale", a-t-il souligné, rappelant que le Burkina Faso entretient d’excellentes relations avec le Royaume dans ce domaine, en particulier avec les Agences en charge de ce secteur.

Il a, à cet effet, formulé le vœu de voir ces relations se raffermir davantage, en particulier dans le secteur de l’énergie solaire.

"Le soleil, qui était jusqu’ici perçu en tant que calamité, est devenu désormais une source de vie et de développement durable", a, en outre, estimé, M. Ismaël Ouédraogo, relavant que l’Afrique dispose de toutes les potentialités et les ressources nécessaires pour rendre les énergies renouvelables efficientes et à la portée des populations du continent.

De son côté, le secrétaire exécutif de l’Organisation du Traité sur l’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), Lassina Zerbo, a affirmé que le Maroc est devenu une référence en matière des énergies renouvelables et de transition énergétique en Afrique, ajoutant que la centrale solaire "Noor" de Ouarzazate en est l’illustration la plus éloquente.

Ainsi, M. Zerbo a plaidé farouchement pour une "diplomatie énergétique" entre pays africains susceptible de consolider la coopération dans ce secteur au niveau du continent africain où, a-t-il déploré, 650 millions de personnes (60%) n’ont pas accès à l’électricité, en particulier dans le monde rural.

Au cours de ce conclave continental, le Maroc est représenté par une délégation comprenant le directeur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique au ministère de l’Energie, des Mines et du Développement durable, Mohamed Ouhmed, et du directeur du Pôle des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique à l’Agence marocaine de l’efficacité énergétique (AMEE), Mohamed El Houari.

Elle regroupe également le chef du projet Senior coopération et développement international à l’Agence marocaine de l’énergie durable (MASEN), Tarik Boutquouquou, et le responsable de partenariat et valorisation à l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN), Youssef Zbitou, ainsi que l’ambassadeur du Maroc au Burkina Faso, Farhat Bouazza.

Lors de cette 3è édition, dont les travaux se poursuivront jusqu’au samedi, les participants d’attèleront à l’examen de plusieurs thématiques portant, entre autres, sur les politiques pour une transition énergétique réussie, le financement de la transition énergétique et la place de la coopérative énergétique dans la ville africaine du futur.

Ils débattront, de même, du renforcement des capacités dans le domaine des énergies renouvelables en Afrique, le stockage de l’énergie et efficacité énergétique et la qualité des services et équipements d’énergies renouvelables et formation professionnelle.

La cérémonie d’ouverture de cette Semaine, placée sous le thème "Politiques et innovations pour une transition énergétique réussie", a été rehaussée par la présence de plusieurs personnalités, notamment la ministre nigérienne de l’Energie, le vice-ministre égyptien de l’Energie, le représentant-résident de la Banque mondiale au Burkina Faso et de nombreux représentants de missions diplomatiques et d’Organisations internationales accréditées à Ouagadougou.