"L'Egypte et le Royaume du Maroc", une nouvelle publication mettant en lumière les liens sociaux et religieux entre les deux pays

"L'Egypte et le Royaume du Maroc", une nouvelle publication mettant en lumière les liens sociaux et religieux entre les deux pays

Rédigé le 09/05/2019
MAP


Le Caire - Le Service égyptien d'information (SIS), une institution officielle affiliée à la Présidence de la République, a publié un nouveau livre intitulé "L’Égypte et le Royaume du Maroc" qui met en lumière divers aspects des relations distinguées entre les deux pays.

Le livre, publié à l'occasion de l'accession de l'Egypte à la présidence de l'Union africaine, comprend deux parties principales. La première intitulée "Relations égypto-marocaines", qui se divise en cinq chapitres traitant de l'historique des relations entre l'Egypte et le Maroc et des relations politiques, économiques, culturelles et médiatiques entre les deux pays, tandis que le deuxième intitulé "Profils du Royaume du Maroc" comprend des informations sur l'histoire, l'économie et la civilisation du Maroc.

Selon la publication, les dernières années ont incarné la volonté des deux pays et les dirigeants égyptiens et marocains de renforcer les relations bilatérales dans tous les domaines, d’autant plus que l’Égypte et le Maroc ont un impact significatif aux niveaux arabe, islamique, régional et africain.

Et d'ajouter que la coordination et la coopération bilatérale ont toujours été dans l'intérêt des deux peuples et de la nation arabe et islamique et visent la stabilité dans le bassin méditerranéen et la région du Moyen-Orient, soulignant que sur le plan économique, les échanges commerciaux sont estimés à près d'un milliard de dollars par an.

"L'interaction culturelle entre l'Egypte et le Maroc a donné à leurs relations une autre dimension, avec le voyage de Soufis marocains en Egypte, dont Abul Hassan Al-Shazli, Abdul Rahim Al-Qenawi et Ahmed Badawi", précise la publication, notant que cette interaction intellectuelle et culturelle s'est poursuivie pour toucher différents domaines des arts.

Et de relever que l'un des quartiers les plus anciens du Caire, Bab al-Shaareya, porte le nom de "Quartier marocain", outre que la conservation des archives égyptiennes des marchands marocains qui occupaient le poste de "Shahbandar" du Caire, la plus haute position commerciale égyptienne avant la fondation de l'Egypte moderne.

En ce qui concerne les relations politiques entre les deux pays, l'ouvrage les a qualifiées de dynamiques, reposant sur deux axes importants qui régissent les fondements des mécanismes des relations bilatérales: le premier est "l'Accord pour la création d'un haut-commissariat conjoint", signé en 1988, et le second est "le mécanisme de coordination politique et de dialogue stratégique", signé le 5 janvier 2011.

Et de souligner que les Egyptiens suivent avec intérêt les penseurs les plus éminents et écrivains marocains qui ont enrichi la pensée arabe, comme le grand penseur Mohammed Abed Al-Jabri, Mohammed Aziz Lahbabi, Mohamed Choukri, Tahar Ben Jelloun, Mohammed al-Ashari, Mohammed Zafzaf, Bensalem Hamesh, et Leila Abouzeid.

Le livre met en lumière l'engagement du Maroc d'approfondir les liens d'appartenance à la nation arabe et islamique, de consolider les liens de fraternité et de solidarité avec ses peuples et de construire l'Union du Maghreb en tant qu'option stratégique et de renforcer les relations de coopération et de solidarité avec les peuples et les pays africains, ainsi que les liens de coopération et de rapprochement avec les pays voisins. 

Il a traité également des relations du Maroc avec son environnement arabe, islamique et africaine, de son appartenance à des organisations et institutions régionales et internationales, ainsi que de certaines conventions internationales et régionales de premier plan.