Fondation Ibn Battouta: iftar-débat à Madrid autour de la coexistence interculturelle

Fondation Ibn Battouta: iftar-débat à Madrid autour de la coexistence interculturelle

Rédigé le 21/05/2019
MAP


Madrid - La Fondation Ibn Battouta et Casa Arabe (Maison Arabe) ont rassemblé, lundi à Madrid, un parterre d’intellectuels, d’experts, de chercheurs et d’acteurs associatifs marocains et espagnols autour d’un iftar-débat sous le thème; "La coexistence interculturelle, un enjeu positif".

L’objectif de cette initiative était d’engager une réflexion conjointe autour du concept d’interculturalité qui implique une relation d’échange à partir de laquelle chaque partie peut contribuer à l’édification d’une société riche de sa diversité et respectueuse des différences entre les personnes.

Cet événement ambitionnait aussi de sensibiliser aux préjugés et stéréotypes qui peuvent affecter la coexistence interculturelle en Espagne, à partir d’une perspective positive des bonnes pratiques et expériences sur le terrain dans ce domaine, à même de favoriser et de promouvoir la coexistence interculturelle.

S’exprimant à cette occasion, le président de la Fondation Ibn Battouta, Mohamed Chaib, a souligné que cette rencontre s’inscrit dans le cadre des initiatives de la fondation visant la promotion de la cohésion sociale, l’intégration des migrants marocains en Espagne et la coexistence interculturelle au sein de la société d’accueil.

Il s’agit aussi, a-t-il ajouté, de créer des espaces de débat et d’interaction pour avancer ensemble à partir d’un diagnostic des difficultés, un partage des expériences et des propositions positives où la diversité constitue une source de richesse et de défis motivants permettant à la société de progresser et de tirer profit de sa richesse dans un contexte de citoyenneté globale.

Pour M. Chaib, la diversité en Espagne doit être abordée à partir d’une perspective commune, appelant à une action soutenue au niveau des quartiers, municipalités, associations et autorités autour de projets favorisant la coexistence et à dépasser les problèmes pouvant l’entraver.

Il a relevé que cette rencontre est une occasion pour les jeunes marocains issus de l’immigration, qui sont fiers de leurs origines et de leur culture, de présenter leurs expériences quotidiennes en matière d’intégration et d’évoquer les difficultés qu’ils ont rencontrées.

Pour sa part, le directeur général de Casa Arabe, Pedro Martinez-Avial, a souligné que cet événement se veut une occasion de rapprocher les cultures et de dépasser les problèmes et difficultés qui peuvent surgir dans l’intégration des communautés étrangères, notamment marocaine.

Les institutions espagnoles publiques et privées sont appelées à fournir davantage d’effort pour favoriser l’intégration des différentes communautés, rappelant que la diversité culturelle est un concept assez récent en Espagne.

«L’Espagne était, il y’a de cela 20 ou 30 ans, un pays où les communautés étrangères ne représentaient qu’une partie minime de la société qui était éduquée selon les mêmes paramètres culturels. Cette situation a changé de manière considérable», a-t-il expliqué.

Il a fait observer que la relation de la majorité des Espagnols avec les nouvelles cultures est une réalité nouvelle, ajoutant que de telles initiatives sont de nature à contribuer à cet effort nécessaire de rapprochement entre les cultures, dans ce cas-ci espagnoles et marocaines, en vue de tirer profit pleinement de la richesse des interactions entre les deux parties.

Cette rencontre débat a été marquée par des interventions de Marocains installés en Espagne actifs dans plusieurs domaines, notamment universitaire, sportif et associatif, qui ont relaté leurs expériences personnelles en matière d’intégration et de coexistence interculturelle au sein de la société espagnole à partir de différentes perspectives.

Ils ont évoqué les difficultés rencontrées à ce sujet, tout en présentant des propositions et des idées à même de contribuer au renforcement de la coexistence interculturelle et le rôle de la diversité comme patrimoine commun et source de développement et d’enrichissement de l’être humain.

Les participants ont plaidé pour le respect des différences dans le cadre du multiculturalisme, appelant à encourager les politiques multiculturelles favorisant la diversité et les apports des cultures des émigrés à la société espagnole.

A la fin de ce débat, les participants ont été conviés à un iftar collectif à la marocaine, sous le signe de la convivialité et du vivre-ensemble, des valeurs propres au mois sacré de Ramadan.

Les convives ont ainsi partagé de grands moments de retrouvailles et de convivialité en ce mois béni autour d’un repas riche en mets et plats typiquement marocains.