PLATEFORME DES CRÉATEURS ET ARTISTES POUR UN DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF

PLATEFORME DES CRÉATEURS ET ARTISTES POUR UN DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF

Rédigé le 25/05/2019
Amadou Lamine Sall


A L’ADRESSE DE MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL
 
                   Monsieur le Président,
 
le Sénégal s’est inscrit depuis l’indépendance, face au monde et au yeux du monde, comme un pays de création et de culture.
 
 Si la Constitution du Sénégal stipule si heureusement que vous êtes garant et « Protecteur des arts, des lettres et des artistes », nous nous sentons, nous créateurs, c’est à dire producteurs et porteurs d’œuvres de beauté selon l’expression consacrée, garants de la vie de la créativité littéraire et artistique nationale, garants de sa crédibilité, de son rayonnement, de sa légende à la rencontre des autres arts,créationset cultures du monde. Pour dire combien nous devons travailler, être exigeants !
 
Créateurs et artistes, toutes disciplines confondues, vont à la rencontre d’une volonté politique culturelle créative. C’est ce choix rare qui a mis le Sénégal dans le cœur des autres peuples du monde. Cela doit être dit et rappelé même si la « culture », en un mot la voix descréateurs et des artistes, n’est plus dominante, mais déficitaire. Mais cette voix ne se tait pas et elle ne se taira pas. 
 
                  C’est au nom de ce que les créateurs veulent que l’on continue de retenir du Sénégal et de son État quia mis les arts et les lettres au cœur de sa loi fondamentale, que nous nous adressons à vous, ici, Monsieur le président de la république, pour vous dire avec la considération et le respect qui vous sont dus.
 
1- que le visage politique du Sénégal ne doit être ni sombre ni désespérant.
 
2- que le rejet, la haine, la violence, l’indiscipline ne doivent pas l’habiter.
 
3- que l’écoute, le respect de l’autre, le dialogue et la raison doivent prévaloir.
 
                 Aussi, les créateurs et artistes s s’engagent et demandent à faire partie du dialogue national abusivement étiqueté « politique », afin d’y apporter leur touche, leur sensibilité, leur vouloir  de vivre en commun.
 
  Voilà Monsieur le président de la République Macky Sall, la voix et l’humble message de tous les créateurs qui le veulent et qui auront choisi de s’engager  rien que pour le Sénégal, leur pays, dont vous êtes, par vos très hautes fonctions, au cœur même de la mission de son unité, de son respect, de sa crédibilité, de son développement.
 
                Nous avons pensé qu’il était enfin temps que les créateurs et artistes apportent leur pierre à ce que doit être, sans tarder, un franc, courageux, responsable dialogue national avec tous les enfants du Sénégal. Nous sommes tous des politiques ! Refuser de l’être, c’est ne pas assumer sa citoyenneté ! Nul ne doit trahir sa mission !
 
     Nous demandons un tabouret des créateurs et artistes autour de la natte du dialogue national ! Nous souhaitons et voulons y mêler notre modeste voix.
 
               Pour autant, personne n’est obligé de se sentir concerné par ce présent appel si sa conviction et ses principes lui commandent d’être en marge du dialogue national qui, à notre avis, ne devrait pas concerner que les seuls hommes et partis politiques.
 
              Par respect de la liberté d’autrui, nous ne parlons pas ici au nom de tous  les créateurs et artistes, car tous n’ont pas les mêmes convictions et les mêmes postures.  
 
             Que seuls ceux qui veulent nous rejoindre, nous rejoignent pour aider notre cher pays à conquérir des territoires de paix, d’entente, de solidarité, de consensus, de renforcement de notre démocratie, de nos libertés, de nos droits, de nos rêves de justice, d’égalité, de partage, de développement.  Nous espérons ne pas avoir tort. 
 
             Cependant, nous avons appris, selon la presse, vrai ou faux, dans la cadre du Dialogue national, que « les termes de référence ont été adoptées sous réserve de certains amendements. Il s’agirait de « l’évaluation de la Présidentielle, la date des élections locales, le statut de l’opposition, le financement des partis politiques, entre autres… « . Si en vérité ce n’était que cela, il s’agirait d’un dialogue purement politique exclusif et non d’un véritable Dialogue national. Dans cette optique, on ferait mieux de laisser seuls les lions d’un même taillis ! Nous donnerions plutôt raison au ministre d’État Mahmoud Saleh qui déclare ceci : « (…) le Dialogue national constitue une exigence démocratique qui engage les différentes composantes de notre société ».  Vu sous cet angle, la communauté créative et artistique fait bien partie de ces « composantes de notre société » et souhaite ne pas enterrer sa prise de parole !
 
             Dieu vous garde Monsieur le président de la République. Qu’Il vous inspire le meilleur des chemins. Qu’il couve le Sénégal et son peuple !
 
ONT SIGNÉ COMME INITIATEURS DE L’APPEL
 
- Le Président National de l’Association des Artistes Comédiens du Théâtre Sénégalais –ARCOTS- : Pape Faye.
 
- Le Fondateur de la Maison Africaine de la Poésie Internationale -MAPI- : Amadou Lamine Sall.